Six lectures sur l'annexion du Canada aux États-Unis

Couverture
P. Gendron, 1851 - 199 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 16 - ... contre le principe fondamental, nécessaire, indéniable de toute organisation sociale régulière. Ces trois hommes, vous les connaissez comme moi. C'est Sa Majesté, l'empereur d'Autriche, l'infâme bourreau de la Hongrie et de l'Italie! C'est Sa Majesté le czar de toutes les Russies...
Page 70 - ... tribunaux. Les Américains ont souvent senti cet inconvénient, mais ils ont laissé le remède incomplet , de peur de lui donner , dans tous les cas, une efficacité dangereuse. Resserré dans ces limites , le pouvoir accordé aux tribunaux américains, de prononcer sur l'inconstitutionnalité des lois, forme encore une des plus puissantes barrières qu'on ait jamais élevées contre la tyrannie des assemblées politiques.
Page 15 - La civilisation a trouvé dans le monde le principe de l'égalité native des hommes entre eux que le christianisme y avait implanté, mais elle a vu bientôt l'Ultramontanisme romain refuser d'admettre les conséquences de ce principe et consacrer théoriquement et pratiquement l'asservissement de l'intelligence et conséquemment la dépendance morale et politique de l'individu. Alors, la civilisation a imprimé au monde un mouvement différent ; elle a protesté contre la réaction ultramontaine...
Page 17 - Les semences des idées nouvelles ont levé partout ; ce serait en vain qu'on les voudrait détruire : on pouvait cultiver la plante naissante, la dégager de son venin, lui faire porter un fruit salutaire ; il n'est donné à personne de l'arracher.
Page 69 - ... supérieur. Sa mission est de la faire fonctionner, nullement de la modifier. Il ne peut pas violer les droits individuels, car il n'existe que pour les garantir, les mettre à l'abri de toute atteinte. Il ne peut par conséquent pas passer une loi rétroactive. Le congrès ne peut ni établir ni prohiber une religion ; il ne peut non plus restreindre la liberté de la presse, ni celle de la parole ; il ne peut pas défendre aux citoyens de s'assembler paisiblement pour discuter quelques intérêts...
Page 16 - ... catholicisme. Voilà, Messieurs, les seuls représentants importants du despotisme dans le monde civilisé ! Voilà la glorieuse alliance que la hiérarchie Italienne a ménagée au père commun des fidèles ! Voilà le sort qu'elle lui a fait ! Voilà le résultat de la victoire remportée sur l'Evangile et sur le christianisme démocratique des premiers siècles, par la sacristie et le capuchon inquisitorial. Ces trois hommes ne se sont maintenus politiquement jusqu'à notre époque qu'en proscrivant...
Page 47 - Ce peuple est le premier qui ait invinciblement démontré que la souveraineté nationale était le seul principe rationnel en fait d'organisation sociale et politique ; que dans le dogme de la souveraineté du peuple seulement il fallait voir la vérité politique, que là seulement on pouvait trouver le bon gouvernement, l'égalité aux yeux de la loi, l'abolition des privilèges, la destruction des abus, la réintégration de l'homme dans ses droits, dans ses attributs, dans sa dignité...
Page 173 - Avec les États-Unis, au contraire, nous avons, dans les institutions mêmes, toutes les garanties nécessaires. Personne n'aura le droit ni le pouvoir de s'immiscer dans nos affaires locales ; nous serons les maîtres absolus de notre organisation intérieure : nous ferons notre constitution, nous réglerons notre administration locale sans l'intervention d'aucun pouvoir politique extérieur, serait-ce même le gouvernement fédéral. Les lois exceptionnelles sont chose impossible avec les institutions...
Page 16 - ... l'infâme bourreau de la Hongrie et de l'Italie! C'est Sa Majesté le czar de toutes les Russies, l'infâme bourreau de la Hongrie, de la Pologne et de la Circassie ! C'est enfin leur ami et allié, le roi de Rome, le chef visible du catholicisme. Voilà, Messieurs, les seuls représentants importants du despotisme dans le monde civilisé ! Voilà la glorieuse alliance que la hiérarchie Italienne a ménagée au père commun des fidèles ! Voilà le sort qu'elle lui a fait ! Voilà le résultat...
Page 47 - ... universellement répandue ; car chez lui, la presque universalité des citoyens exerce un contrôle éclairé sur le gouvernement ; car chez lui les électeurs ne s'achètent pas : ils étudient les affaires publiques, lisent les journaux, raisonnent et se décident par eux-mêmes et avec connaissance de cause ! Ce peuple a, le premier, prouvé que la liberté pouvait être conquise sans être souillée ! Ce peuple est le premier qui ait invinciblement démontré que la souveraineté nationale...

Informations bibliographiques