Femmes, greniers et capitaux

Couverture
L'Harmattan, 1992 - 251 pages
0 Avis
A partir dʹune analyse en profondeur de la production et de la reproduction dans les sociétés agricoles dʹautosubsistance, lʹouvrage apporte à la fois une théorie du mode de production domestique, les éléments dʹune critique radicale de lʹanthropologie classique et structuraliste et les bases dʹune critique constructive de la théorie du salaire de Marx. Les contradictions majeures que soulève la persistance au sein du capitalisme des rapports domestiques comme lieux de la reproduction de la force de travail et du travailleur libre sont mises en évidence par cette démonstration qui, portant sur les domaines généralement séparés de lʹethnologie et de lʹéconomie, enchaine logiquement les structures alimentaires de la parenté aux mécanismes de la surexploitation du travail des populations dominées par lʹimpérialisme. De même que lʹAnthropologie économique des Gouro de Côte-dʹIvoire avait marqué un tournant dans lʹhistoire de lʹanthropologie, et essai théorique (qui en annonce dʹautres), en dépassant le stade de la discussion des concepts pour essayer de renouer avec la démarche active et créative de Marx et dʹEngels, représente une nouvelle contribution au progrès contemporain du matérialisme historique. -- Back cover.

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Références à ce livre

Tous les résultats Google Recherche de Livres »

Informations bibliographiques