Annales de philosophie chrétienne

Front Cover
Bureau des Annales de Philosophie Chrétienne, 1908 - Catholic Church and philosophy
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 391 - Ni la crainte des châtiments, ni le désir des récompenses, n'ont plus de part à cet amour. On n'aime plus Dieu ni pour le mérite, ni pour la perfection, ni pour le bonheur qu'on doit trouver en l'aimant.
Page 369 - Les idées générales et abstraites sont la source des plus grandes erreurs des hommes ; jamais le jargon de la métaphysique n'a fait découvrir une seule vérité, et il a rempli la philosophie d'absurdités dont on a honte, sitôt qu'on les dépouille de leurs grands mots.
Page 281 - ... plus que la bonté finie qu'il met en nous. Voilà le véritable et pur amour de la justice. Nous ne sommes que des biens bornés, participés, et dépendants ; au lieu que le premier être est le bien unique, source de tous les autres, le bien sans bornes, le bien indépendant. Notre amour pour ce bien doit être aussi en nous un amour unique, source de tout autre amour, un amour sans bornes, un amour indépendant de tout autre amour. Au contraire, l'amour de nous-mêmes doit être un amour...
Page 395 - Tout ce qu'on pourrait ajouter à cette coopération bien prise dans toute son étendue ne serait qu'un zèle indiscret et précipité , qu'un effort empressé et inquiet d'une âme intéressée pour elle-même , qu'une excitation à...
Page 130 - ... connaît point, et qui est incapable de connaissance; et il est infailliblement obéi. Que d'aveuglement! que de puissance! L'aveuglement est de l'homme; mais la puissance, de qui estelle?
Page 607 - Cette onction intérieure de votre esprit instruit dans le silence. On aime et on sait tout ce qu'il faut savoir; on goûte et on n'a besoin de rien entendre. Toute parole humaine est à charge et ne fait que distraire, parce qu'on a au dedans la parole substantielle qui nourrit le fond de l'âme.
Page 400 - C'est cette seconde création de l'homme intérieur qui se renouvelle de jour en jour. Je me laisse, ô mon Dieu! dans vos mains : tournez, retournez cette boue, donnez-lui une forme; brisez-la ensuite , elle est à vous , elle n'a rien à dire : il me suffit qu'elle serve à tous vos desseins , et que rien ne résiste à votre bon plaisir, pour lequel je suis fait. Demandez, ordonnez, défendez : que voulez-vous que je fasse? que voulez-vous queje ne fasse pas? Élevé, abaissé, consolé, souffrant...
Page 128 - ... spectacles qu'elle ne laisse jamais à l'homme le temps de se dégoûter ' de ce qu'il possède. Mais comment est-ce que le cours du soleil peut être si régulier ? Il paraît que cet astre n'est qu'un globe de flamme très-subtile, et par conséquent très-fluide.
Page 435 - Notre existence actuelle, au fur et à mesure qu'elle se déroule dans le temps, se double ainsi d'une existence virtuelle, d'une image en miroir. Tout moment de notre vie offre donc deux aspects: il est actuel et virtuel, perception d'un côté et souvenir de l'autre.
Page 582 - Dieu, et qu'elle n'achève de sortir d'elle que quand elle achève de se perdre en Dieu ; quoique l'ouvrage de la grâce paraisse toujours commencer par le dépouillement et par la privation, et que la possession ne vienne qu'ensuite, il est pourtant vrai dans le fond qu'on ne se vide de soi qu'à mesure qu'on se remplit de Dieu ; ce n'est pas le vide de l'âme qui attire la plénitude de Dieu, car comment se viderait-elle seule, si Dieu même n'y était pas, pour la vider ? mais c'est la plénitude...

Bibliographic information