La morale d'Épicure et ses rapports avec les doctrines contemporaines

Front Cover
Germer Baillière, 1886 - Epicureans - 292 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 229 - L'homme humain est celui pour qui la vue du mal«heur d'autrui est une vue insupportable, et qui, « pour s'arracher à ce spectacle , est , pour ainsi «dire, forcé de secourir le malheureux. L'homme « inhumain , au contraire , est celui pour qui le «spectacle de la misère d'autrui est un spectacle «agréable. C'est pour prolonger ses plaisirs qu'il « refuse tout secours aux malheureux. Or ces deux...
Page 204 - Si nous résistons à nos passions, c'est plus par leur faiblesse que par notre force.
Page 195 - La vanité, la honte, et surtout le tempérament, font souvent la valeur des hommes et la vertu des femmes.
Page 194 - Les vices entrent dans la composition des vertus, comme les poisons entrent dans la composition des remèdes : la prudence les assemble et les tempère, et elle s'en sert utilement contre les maux de la vie.
Page 200 - La constance en amour est une inconstance perpétuelle qui fait que notre cœur s'attache successivement à toutes les qualités de la personne que nous aimons, donnant tantôt la préférence à l'une, tantôt à l'autre; de sorte que cette constance n'est qu'une inconstance arrêtée et renfermée dans un même sujet.
Page 206 - La force et la faiblesse de l'esprit sont mal nommées ; elles ne sont en effet que la bonne ou la mauvaise disposition des organes du corps.
Page 198 - C'est, en quelque sorte, se donner part aux belles actions que de les louer de bon cœur.
Page 201 - Dans l'adversité de nos meilleurs amis, nous trouvons souvent quelque chose qui ne nous déplaît pas.
Page 79 - De nilo quoniam fieri nil posse videmus. Pondus enim prohibet ne plagis omnia fiant Externa quasi vi ; sed ne mens ipsa necessum Intestinum habeat cunctis in rebus agendis...
Page 201 - Il ya encore une autre espèce de larmes qui n'ont que de petites sources, qui coulent et se tarissent facilement : on pleure pour avoir la réputation d'être tendre ; on pleure pour être plaint ; on pleure pour être pleuré; enfin, on pleure pour éviter la honte de ne pleurer pas.

Bibliographic information