Collection des mémoires relatifs à lh̓istoire de France...

Front Cover
Alexandre Petitot, Louis Jean Nicolas Monmerqué
Foucault., 1820 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 71 - Memoires, et nous contenterons de vous ramentevoir qu'au bout de deux ou trois mois , tous ces messieurs du Conseil d'imaginaire raison, furent mis à raison ; dautant qu'ils vindrent trouver le Roy en corps , auquel ils tindrent de si grands discours , que chacun en estoit ennuyé , la substance et sommaire desquels fut qu'ils reconnoissoient maintenant que leur Conseil de Raison auroit eu...
Page 80 - bon gré des bonnes esperances d'un heureux succez « que vous prenez et voulez essayer de faire prendre « aux autres ; mais tout cela ne sont que langages et « papiers , et le mal qui nous presse n'est pas , comme « je vous en ay dit un mot, de la qualité de ceux qui « se guerissent par paroles , escritaux et billets , ny « par seaux , ny par signatures , desquels l'on dis...
Page 352 - ... de vouloir accepter l'un des deux partis que l'on luy avoit baillez à choisir à Paris, et la chose en vint si avant, que les ostages de part et d'autre furent nommez et envoyez pour seureté de l'execution : tellement que le Roy vous envoya trois courriers , l'un sur l'autre , pour vous advertir que tout estoit d'accord , et partant n'aviez plus que faire de rien advancer ny le constituer en plus grande despense. A toutes ces lettres vous ne luy respondites jamais que trois lignes en cette...
Page 46 - ... publiques et debtes du general et des particuliers , dont ce Conseil de Raison auroit la disposition et ordination absolue, sans que le Roy, son conseil, ny les cours souveraines y eussent aucun pouvoir, ny qu'ils en pussent rien divertir, changer ny innover, laissant l'autre portion qui...
Page 380 - ... les deux plus importantes et utiles charges du royaume , vos actions passées vous ayant acquis envers moy toute confiance de valeur , et ayant plusieurs braves hommes dans l'armée où vous commandez maintenant, vous leur deviez commettre ces choses remplies de tant de dangers : partant...
Page 112 - Pour la partie des quinze mil escus des munitionnaires de l'armée , l'on leur a baillé un des deux offices de tresorier de l'ordinaire de la guerre , lequel on leur a promis de leur faire valoir , au cas qu'ils ne trouvassent marchands. Les articles du majeur de Montreuil , touchant les bleds qu'il faut mettre à Boulongne , Montreuil et Rué , ont esté veus et respondus selon ce que l'on a estimé pour le mieux ; et en attendant que lesdits bleds puissent estre fournis par ledit majeur , j'ay...
Page 26 - Sancy , n'allez« vous pas faire faire monstre à nos Suisses ? — Non , « je n'y vay pas , Sire , respondit-il en voix toute « mutinée , car il ne plaist pas à vostre M. de Rosny, « qui fait l'empereur dans son logis , et dit qu'il ne « cognoist personne ; mais tant ya que je ne vous « vois pas en estat de pouvoir facilement disposer de « l'argent qu'il a fait venir, estant là assis sur ces « caques d'argent , comme un singe sur son bloc , et « ne sçay si vous y aurez plus de credit...
Page 108 - Donnez aussi ordre à ce qu'il faut pour mes escuries, c'est pitié de voir comme je suis de ce costé lu , Î56 comine aussi à ce qui est necessaire pour mes habillemens , d'autant que je suis tout nud ; et il me semble qu'il n'est pas raisonnable que m'employant, comme je fais, pour le salut de la France , je sois ainsi traité. Je vous recommande ces trois choses là et vous prie de les affectionner si vous m'aimez et desirez me faire service agreable. Adieu , ete. Au camp devant Amiens, ce 8...
Page 36 - vous un peu en colere , tout ce que vous dites est « bon , mais je maintiens , puis qu'il en faut venir si « avant , qu'il ya faute de plus de deux à trois cens « mil livres , et m'asseure que si les receveurs , és
Page 241 - presence et la sienne pour l'offencer , chose que je « ne trouve nullement bonne ; aussi est-il de toute « autre naissance , ceux de ma maison n'ayant point « desdaigné l'alliance de la sienne.

Bibliographic information