Page images
PDF
EPUB

SATIRE I.

Pourquoi Juvénal compose des Satires1.

ÉCOUTERAI-JE

COUTERAI-JE toujours, et ne répliquerai-je jamais, tourmenté tant de fois par la Théséide de Codrus, qui s'enroue 2 à la déclamer? C'est donc impunément que l'un m'aura récité ses comédies 3, l'autre ses élégies? impunément j'aurai perdu 4 tout un jour à entendre l'éternel Télèphe, ou cet Oreste qui couvre tant de pages, et leurs marges et leurs revers 5, quoiqu'il ne soit pas encore achevé?

NON, personne ne connaît mieux sa propre maison que je ne connais, moi, le bois consacré à Mars, et l'antre de Vulcain voisin des roches Éoliennes. Je n'entends plus chanter que les tempêtes enfantées par les vents, les supplices infligés par Éaque aux ombres criminelles, les exploits de celui qui ravit la toison d'or 6 et les combats du centaure Monychus, lançant contre les Lapythes des arbres entiers : les jardins de Fronton", les statues, les colonnes, tout en retentit, tout en est ébranlé; et il faut essuyer ces lieux communs du plus grand comme du moindre des poètes.

9

Er nous aussi, nous avons tremblé sous la férule 8: et nous aussi, apprentis orateurs, nous avons conseillé à Sylla de goûter, en citoyen privé, les douceurs du sommeil. Lorsque les poètes fourmillent ici de toutes

Dormiret. Stulta est clementia, quum tot ubique
Vatibus occurras, perituræ parcere charta.

CUR tamen hoc potius libeat decurrere campo,
Per quem magnus equos Auruncæ flexit alumnus,
Si vacat, et placidi rationem admittitis, edam.

QUUM tener uxorem ducat spado; Mævia Tuscum
Figat aprum, et nuda teneat venabula mamma;
Patricios omnes opibus quum provocet unus,
Quo tondente gravis juveni mihi barba sonabat;
Quum pars Niliacæ plebis, quum verna Canopi
Crispinus, Tyrias humero revocante lacernas,
Ventilet æstivum digitis sudantibus aurum,
Nec sufferre queat majoris pondera gemmæ;
Difficile est satiram non scribere. Nam quis iniquæ
Tam patiens urbis, tam ferreus, ut teneat se,
Caussidici nova quum veniat lectica Mathonis
Plena ipso? post hunc magni delator amici,
Et cito rapturus de nobilitate comesa

Quod superest, quem Massa timet, quem munere palpat
Carus, et a trepido Thymele submissa Latino?
Quum te submoveant, qui testamenta merentur
Noctibus, in cœlum quos evehit optima summi
Nunc via processus, vetulæ vesica beatæ?

Unciolam Proculeius habet, sed Gillo deuncem,
Partes quisque suas, ad mensuram inguinis heres.

1

parts, ce serait pousser la discrétion jusqu'à la sottise, que d'épargner un papier qu'ils vont salir.

MAIS pourquoi choisir, de préférence, la carrière déjà parcourue par le célèbre nourrisson du pays des Auronces 9? — Avez-vous un instant de loisir? puis-je compter sur une oreille impartiale? écoutez.

QUAND un eunuque ose se marier, quand Mævia, le javelot en main et le sein découvert. attaque un sanglier farouche; quand ce barbier, qui me rasait dans ma jeunesse, le dispute, lui seul, en richesses, à tous nos patriciens; quand un homme de la plus vile populace d'Égypte 1°, un Crispinus, autrefois esclave dans Canope, rejette nonchalamment sur ses épaules la pourpre tyrienne 12, et, les doigts en sueur, agite ses bagues d'été 13, trop délicat pour supporter des anneaux plus pesans, il est bien difficile de se refuser à la satire. Serait-il, en effet, dans cette ville corrompue, un mortel assez patient, assez insensible, pour se contenir à la rencontre de l'avocat Mathon, remplissant de sa rotondité une litière qu'il ne possède que d'aujourd'hui 14? à la rencontre de ce délateur 15 d'un illustre patron, prêt à ravir aux nobles qu'il ruina, les débris de leur fortune? Massa le craint, Carus tâche de l'adoucir par des présens, et le tremblant Latinus lui livre son épouse Thymèle. Peut-on se taire, quand on se voit, légitime héritier, supplanté par ceux qui ne doivent leur place dans les testamens qu'à leur honteux service de nuit, et qui des bras d'une vieille opulente, car c'est aujourd'hui le chemin de la fortune, s'élèvent jusqu'au faîte

Accipiat sane mercedem sanguinis, et sic
Palleat, ut nudis pressit qui calcibus anguem,
Aut Lugdunensem rhetor dicturus ad aram.

QUID referam quanta siccum jecur ardeat ira,
Quum populum gregibus comitum premat hic spoliator
Pupilli prostantis? et hic damnatus inani
Judicio, (quid enim salvis infamia nummis?)
Exsul ab octava Marius bibit, et fruitur Dis
Iratis; at tu, victrix provincia, ploras.
Hæc ego non credam Venusina digna lucerna?
Hæc ego non agitem? Sed quid magis Heracleas,
Aut Diomedeas, aut mugitum labyrinthi,
Et mare percussum puero, fabrumque volantem?
Quum leno accipiat mochi bona, si capiendi
Jus nullum uxori, doctus spectare lacunar,
Doctus et ad calicem vigilanti stertere naso;
Quum fas esse putet curam sperare cohortis,
Qui bona donavit præsepibus, et caret omni
Majorum censu,
dum pervolat axe citato
Flaminiam; puer Automedon nam lora tenebat,
Ipse lacernatæ quum se jactaret amicæ.
Nonne libet medio ceras implere capaces
Quadrivio, quum jam sexta cervice feratur,

des honneurs? Proculeius n'obtient qu'une part de la succession, Gillon reçoit les onze autres : chacun hérite à proportion de sa virilité. Qu'ils trafiquent de leur sang, et puissent-ils devenir aussi pâles que celui dont le pied nu a imprudemment foulé un serpent, ou qu'un rhéteur prêt à monter à la tribune de Lyon 16!

DIRAI-JE quelle indignation m'enflamme et me dévore, quand je vois ce ravisseur des biens d'un pupille réduit au dernier opprobre 17, embarrasser les rues de son nombreux cortège? quand je vois cet autre vainement condamné 18 (pourvu que l'argent reste, qu'importe l'infamie?), ce Marius, qui, dans son exil, commence à boire dès la huitième heure 19, et jouit de la colère des dieux 20, tandis que toi, province victorieuse, tu pleures tes pertes non réparées? Et je ne rallumerais pas la lampe du poète de Venusium! Et je ne flétrirais. pas de tels excès! Irai-je retracer les fables d'Hercule ou de Diomède, le labyrinthe retentissant des cris du Minotaure, Dédale franchissant les airs d'un vol audacieux, et le jeune Icare tombant au sein des flots, lorsqu'un infâme, feignant de compter les solives 2', et de ronfler sur les verres, obtient dans le testament des galans de sa femme la place qu'elle ne peut elle-même accepter 22 ? lorsque cet autre prétend commander nos cohortes, pour avoir consumé le bien de ses ancêtres à nourrir des chevaux, pour avoir fait voler un char sur la voie Flaminie? nouvel Automédon, il guidait celui dans lequel Néron caressait sa bizarre maîtresse 23. Je ne remplirais pas mes tablettes en plein carrefour, lorsqu'un faussaire,

car,

[ocr errors]
« PreviousContinue »