Mémoires authentiques de Jacques Nompar de Caumont ... et de ses deux fils, les marquis de Montpouillan et de Castelnaut, suivis de documents curieux et de correspondances inédites de Jeanne d'Albret ... et autres personnages marquants. Recueillis par le marquis de la Grange, Volume 3

Front Cover
Adélaïde Édouard Lelièvre de la Grange (marq)
1843
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents


Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 444 - Rome, pour l'obtention des bulles et provisions apostoliques de ladite abbaye, et cependant pour assurance de sa volonté, le présent brevet, qu'elle a signé de sa main, et fait contresigner par moy ministre secrétaire d'Etat et de ses commandements et finances.
Page 384 - Requêtes ordinaire de mon Hôtel et Intendant en la justice, police et finances en l'armée qui est sous votre charge, pour les faire exécuter, je vous ai voulu faire...
Page 262 - ... Lieutenants- Colonels, Mestres de camp, Capitaines, Chefs et Conducteurs de nos gens de guerre, tant de cheval que de pied, de quelque langue et nation qu'ils soient; Maires, Consuls, Jurais, Capitouls et Echevins de nosdites villes, Capitaines et Gardes des portes d'icelles, ponts, ports, péages, passages, juridictions et détroits, et à tous auxquels il appartiendra et auxquels ces présentes seront montrées, salut. Ayant permis à la Dame Maréchale de la Force d'aller en ses maisons, nous...
Page 178 - Je vous baille le commandement de mon armée, et le maréchal de la Force pour être auprès de vous, que je tiens le plus expérimenté et le plus capable de mon royaume, et le marquis de la Force, son fils, aussi. Ils m'ont toujours très bien servi.
Page 181 - Corbie, ou le Roi ayant eu quelque dessein, dont il avoit donné la conduite au marquis de La Force, il avoit réussi si heureusement qu'il s'étoit logé à la porte de la ville, ayant pris les trois bras de rivière et la demi-lune que les ennemis avoient faite à cinquante pas de la muraille de la ville.
Page 444 - ... savoir l'état auquel est votre armée ; quelles troupes sont déjà arrivées et celles qui vous manquent, et ensuite ce que vous estimez pouvoir entreprendre pour le service du Roi. Si je pouvois moi-même faciliter les desseins que vous pouvez avoir , je n'épargnerois pas ma personne , et m'offrirois de vous aller servir de chasse-avant. Vous savez bien, Monsieur, que le service de SM m'est si cher, qu'il n'ya rien au monde que je ne voulusse faire pour l'avancer; comme aussi pour procurer...
Page 342 - Mondit cousin reconnoissant ce qu'il lui doit par toutes sortes de considérations, a fait tout ce qu'il a pu pour sa satisfaction, se soumettant, avec toute l'humilité possible et tous les respects imaginables, à telles lois qu'elle auroit agréable de lui prescrire ; ce que je lui ai offert plusieurs fois de ma propre bouche. La révérence qu'il a...
Page 62 - ... gendarmes et quatre ou cinq régiments d'infanterie. De tous côtés on voit de grands préparatifs; il semble qu'en l'assiette où se trouvent les affaires , qu'il est question de coups d'importance et qui vont à la réputation des Couronnes. En effet, l'armée du Roi étoit alors composée de près de vingt-cinq mille hommes de pied et de trois mille cinq cents chevaux; mais tout cela en si bon état, si complet, tous les officiers s'y étant rendus, qu'il ne se pouvoit rien voir de plus superbe...
Page 343 - Royaume, sa grandeur, et le bien de mes sujets, vu principalement les affaires que j'ai encore au dehors. Pour cette raison, étant après une longue patience venu en cette ville de Compiègne, afin que la Reine bien intentionnée de soimême, éloignée par ce moyen de beaucoup de mauvais esprits, conspirât plus facilement avec...
Page 187 - ... camp prisonniers, dont l'un étoit M. de Beins , frère d'une des filles de la Reine. M. de Schomberg apporta un desdits drapeaux qu'il avoit pris en entrant. Nous ne perdîmes en ce combat que M. de Chemeraut qui fut tué , et Lambert blessé d'une mousquetade chargée de dragées, qui lui fit plus de soixante trous, dont néanmoins aucun ne fut dangereux. Nous revînmes de là coucher à Pamprou , où nous n'arrivâmes qu'il ne fût dix heures du soir. Le vendredi 8, l'armée prit le logement...

Bibliographic information