Editer et traduire Rabelais à travers les âges

Front Cover
Paul J. Smith
Rodopi, 1997 - Social Science - 247 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
Ces dernières années ont connu une activité fébrile dans l'édition et la traduction de l'oeuvre de Rabelais. C'est cette pratique, vue dans son historicité, que le présent recueil d'articles vise à repenser. Dans ce but, le recueil offre, dans la mesure du possible, le vaste panorama de l'édition et de la traduction rabelaisiennes: de la première édition de Claude Nourry (1534) au Rabelais informatisé et mis sur Internet (1996), de la première traduction (Johann Fischart) à la traduction la plus récente (Donald Frame).
Le recueil bilingue (anglais et français) montre qu'au cours des siècles, l'oeuvre de Rabelais n'a cessé de lancer un défi aux éditeurs et aux traducteurs. Dans l'histoire universelle de l'édition et de la traduction, il s'avère que l'oeuvre rabelaisienne constitue une incontournable pierre de touche.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Section 1
5
Section 2
8
Section 3
9
Section 4
16
Section 5
22
Section 6
25
Section 7
35
Section 8
50
Section 21
172
Section 22
173
Section 23
174
Section 24
180
Section 25
184
Section 26
194
Section 27
202
Section 28
203

Section 9
58
Section 10
64
Section 11
66
Section 12
92
Section 13
101
Section 14
116
Section 15
117
Section 16
141
Section 17
144
Section 18
152
Section 19
158
Section 20
171
Section 29
204
Section 30
208
Section 31
214
Section 32
218
Section 33
220
Section 34
221
Section 35
233
Section 36
238
Section 37
240
Section 38
Section 39
Copyright

Common terms and phrases

Popular passages

Page 11 - Maintenant toutes disciplines sont restituées, les langues instaurées: Grecque, sans laquelle c'est honte...
Page 11 - Tout le monde est plein de gens savans, de precepteurs tresdoctes, de librairies tresamples, qu'il m'est advis que ny au temps de Platon, ny de Ciceron, ny de Papinian, n'estoit telle commodité d'estude qu'on y veoit maintenant. Et ne se fauldra plus doresnavant trouver en place ny en compaignie qui ne sera bien expoly en l'officine de Minerve.
Page 13 - ... affin que, si d'adventure l'art de l'imprimerie cessoit ou en cas que tous livres périssent, on temps advenir un chascun les peust bien au net enseigner à ses enfans, et à ses successeurs et survivens bailler comme de main en main, ainsy que une religieuse Caballe...
Page 11 - Latine; les impressions, tant élégantes et correctes, en usance, qui ont esté inventées de mon eage par inspiration divine, comme à contrefil l'artillerie par suggestion diabolicque.

Bibliographic information