La Chronique du mois: ou, les cahiers patriotiques, Volume 3

Front Cover
De l'impr. du Cercle social., 1793 - France
Begining with Jan. 1792 each no. contains an engraved portrait.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 75 - On ne doit plus le dissimuler, la conduite du pouvoir exécutif est la cause immédiate de tous les maux qui affligent la France et des dangers qui environnent le trône. On trompe le roi , si on cherche à lui persuader que des opinions exagérées, l'effervescence des clubs, les manœuvres de quelques agitateurs et des factions puissantes ont fait naître et entretiennent ces...
Page 112 - Il importe donc, pour avoir bien l'énoncé de la volonté générale, qu'il n'y ait pas de société partielle dans l'état; et que chaque citoyen n'opine que d'après lui ' : telle fut l'unique et sublime institution du grand Lycurgue.
Page 78 - ... importe le plus à la nation et au roi , c'est que ces circonstances malheureuses ne soient pas continuellement envenimées par une conduite, au moins équivoque, de la part des agens du pouvoir exécutif. i".
Page 79 - ... la liste civile à une forme de comptabilité qui puisse garantir à la nation qu'elle n'est pas détournée de son légitime emploi , et divertie' à d'autres usages? « 4° Un des grands moyens de tranquilliser le peuple sur les dispositions personnelles du roi , serait qu'il sollicitât lui-même la loi sur l'éducation du prince royal , et qu'il accélérât ainsi l'instant où la garde de ce jeune prince sera remise à un gouverneur revêtu de la confiance de la nation.
Page 27 - ... progrès des lumières en assurent l'éternelle durée; et l'histoire entière atteste avec combien peu de succès les institutions , en apparence les mieux combinées, ont protégé celle des peuples que leurs lumières ne défendaient pas contre l'hypocrisie des tyrans, qui savent prendre le masque de la popularité, ou celui de la justice. Dire que le peuple en sait assez, s'il sait vouloir être libre, c'est avouer qu'on veut le tromper pour s'en rendre maître; c'est le dégrader sous la...
Page 79 - Pourquoi le roi ne sollicite-t-il pas luimême une loi qui assujettisse la liste civile à une forme de comptabilité qui puisse garantir à la nation qu'elle n'est pas détournée de son légitime emploi, et divertie à d'autres usages ? 4° Un des grands moyens de tranquilliser le peuple sur les dispositions personnelles du roi, serait qu'il sollicitât lui-même la loi sur l'éducation du prince royal, et qu'il accélérât ainsi l'instant où la gard'e de ce jeune prince sera remise à un gouverneur...
Page 32 - En vain dira-t-on que les lois peuvent être assez simples pour que l'instruction lui soit inutile ; mais les lois primitives de tous les peuples étaient simples, étaient écrites dans un idiome que tout le monde entendait, et cependant c'est de ces lois simples qu'avec...
Page 78 - Si les efforts du roi pour cet objet étoient impuissans , au moins devroit-il aider la nation , par tous les moyens qui sont en son pouvoir , à repousser l'attaque extérieure , et ne rien négliger pour éloigner de lui le soupçon de la favoriser. Dans cette supposition , il est aisé de concevoir que les soupçons et la méfiance tiennent à des circonstances malheureuses qu'il est impossible de changer. En faire un crime , lorsque le danger est réel et ne peut être méconnu...
Page 29 - ... l'économie ? Non ; car si vous ne payez pas les professeurs qui formeront ces maîtres d'écoles primaires, ces instituteurs dans différents genres, vous serez obligés de les payer eux-mêmes plus chèrement. Il ya plus : s'ils ont été instruits dans une institution publique, si l'on connaît ce qui leur a été enseigné, ce qu'ils ont dû apprendre, il devient plus facile de les juger ; si l'on ne sait ce qui leur a été enseigné, il faut examiner non seulement leur capacité, mais leur...
Page 26 - ... la tyrannie sacerdotale ; et depuis cette époque, les progrès vers la liberté ont, dans chaque nation, suivi ceux des lumières avec cette constance qui annonce, entre deux faits, une liaison nécessaire, fondée sur les lois éternelles de la nature. Ainsi, par une suite de ces mêmes lois, on ne pourrait ramener l'ignorance, sans rappeler la servitude avec elle. Un peuple éclairé confie ses intérêts à des hommes instruits, mais un peuple ignorant devient nécessairement la dupe des...

Bibliographic information