La Légende de Padmani, reine de Tchitor

Front Cover
Impr. impériale, 1856 - 116 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 64 - W que l'on sache que la lecture doit être suspendue pendant un jour et une nuit. 127. « II ya deux cas où un Dwidja doit toujours, avec le plus grand soin, se garder de lire, savoir : lorsque la place où il doit étudier est souillée, et lorsque lui-même n'est pas puriGé.
Page 43 - II la fait tourner en cercle; les fantassins gui marchent en avant prennent la fuite, et les chefs ne peuvent affronter son voisinage. — Au milieu des chefs ennemis, il allait, comme Yama, le dieu de la mort à la grande bouche , saisissant les corps des hommes et les brisant de sa main. — II a tué trois éléphants aux longues défenses; il a tué des généraux mogols; alors Gôra parut au front de l'armée.
Page 82 - O mon bien-aimé! l'abeille reparaît enfin aujourd'hui, le lotus est exempt de la douleur qui oppressait sa pensée! Le lac, en proie à la douleur, demeurait dans le trouble, car il se desséchait par ton absence. Il s'était envolé, le cygne qui jouait sur ses eaux... Il est parti, abandonnant le parterre de lotus, et moi je ne puis supporter le chagrin qui me consume. Mon corps se mit donc à trembler; en proie aux peines de l'absence, je m'assis tristement telle la corneille. Et encore conterai-je...
Page 54 - Les grands arbres se réunissent pour y former ^me ombre épaisse, comme si la nuit se répandait sur la terre. — - Les brises qui s'y rassemblent répandent le bienêtre , et elles emportent dans leur souffle la chaleur vaincue. » Cette description assez gracieuse se prolonge un peu trop ; elle n'occupe pas moins de vingt strophes.
Page 83 - Le soleil s'est caché, la nuit est venue; c'est le moment sacré où le soleil et la lune se rencontrent le jour de la nouvelle lune. — Elle fut délivrée par la mort de ce reste d'existence, quand elle connut que toutes les constellations de la nuit brillaient au ciel. — La ligne de vermillon qui se découvre sur son front est comme le feu qui s'allume au milieu des ténèbres du monde. — « Cette lumière du jour, «je ne veux plus la voir; j'irai demain dans la voie u qui me rapprochera...
Page 112 - Dekhan supérieur). 11 marche vers l'arc pour le saisir , mais il ne l'aperçoit » plus; ses yeux se troublent, il est devenu pareil à un aveugle de naissance. La » foule éclate de rire et bat des mains. A son tour le roi de Karnatic se précipite • sur l'arc, convoitant la belle jeune fille ; l'arme se change en un faisceau de » serpents et, à la vue du prodige, il s'arrête paralysé par la crainte : ce qu'aper...
Page 94 - Quel sera celui dont la grâce pourra plaire à Padmâvatî, pareille à une urne parfaitement lisse, qui ne se laisse pas pénétrer, même par l'eau. 7. « De cette manière , on lui fait voir des centaines de milliers de portraits; mais la pensée de la jeune fille ne se manifeste pas; elle est née ennemie de l'homme.
Page 36 - Est-ce que je vous demande en pleurant du petitlait? Quand j'abaisserai mon cimeterre sur la tête du pâdichâh, est-ce que je me mettrai à crier? 107. « Le lionceau qui sort du ventre de sa mère aperçoit à peine le corps de l'éléphant, qu'il court, lui saute au front; ainsi (ferai-je et) j'acquerrai un grand nom. 108. «Le lionceau qui aperçoit un homme, la nuit, ne recule pas. Le lion entraîne en un instant les plus grands animaux. . , 1 Je ne...
Page 12 - Par des aumônes abondantes et dignes de lui , il mit l'ascète en bonne humeur; il passa la nuit à ses côtés. Après avoir mâché des feuilles de bétel et bu de l'ambroisie, le djogui fut satisfait. Il fut réjoui, l'ascète, et il dit : «Demande ce qui te plaira.
Page 108 - I was told) , j'ai entendu dire, raconter,» etc. sur plus d'un point. Je voudrais faire connaître la suite de cette histoire gracieuse et fantastique, en l'analysant et en reproduisant quelques passages du manuscrit. Le solitaire qui a révélé à Tchitraséna le mystère de sa précédente existence , lui indique les moyens de faire oublier à Padmâvatî la haine qu'elle porte aux hommes. Voilà le fils du roi q"ui se met en route pour la ville de Ratnapoura, accompagné de son ami Ratnasâra.

Bibliographic information