Souverains: hommes d'état, hommes d'église ...

Front Cover
Lecene, Oudin et cie, 1893 - Biography - 278 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 110 - Chose admirable ! la religion chrétienne , qui ne semble avoir d'objet que la félicité de l'autre vie , fait encore notre bonheur dans celle-ci.
Page 96 - ... perfections réunies en Dieu, principalement de sa sagesse infinie, à qui rien ne peut échapper, et de sa souveraine justice qu'aucune affection dépravée ne peut vaincre ; elle nous fait comprendre ainsi que Dieu non seulement est véridique, mais qu'il est la vérité même, ne pouvant ni se tromper, ni tromper. D'où il ressort en toute évidence que la raison humaine doit à la parole de Dieu la foi la plus entière, la soumission la plus absolue. Semblablement la raison nous déclare...
Page 78 - Expressa solis spiculo, Nitens imago, quam bene Frontis decus, vim luminum. Refers, et oris gratiam. O mira virtus ingeni Novumque monstrum ! imaginem Naturae Apelles aemulus Non pulchriorem pingeret. Leo PP XIII.
Page 267 - Je suis né près de Pau, dans le pays de votre aïeul Henri IV. Permettez à un Pyrénéen de vous dire que Henri IV n'eût point parlé comme vous, Sire. » Le Comte de Chambord ne crut pas devoir changer d'avis. Je partis de Marienbad directement pour Rome. Je vis le pape Pie IX. Je lui répétai les paroles du Comte de Chambord. Pie IX fut bouleversé. Il prit entre ses mains sa tête vénérable. « Ah 1 che scempiaccio ! s'écria-t-il par deux fois.
Page 96 - Ainsi un premier fruit de la raison humaine, fruit grand et précieux entre tous, c'est la démonstration qu'elle nous donne de l'existence de Dieu : car par la magnificence et la beauté de la créature, le Créateur de ces choses pourra être vu d'une manière intelligible (16).
Page 73 - LORE puer, vesana diu te febris adurit: Inficit immundo mollia membra situ Dira lues; cupidis stygio respersa veneno, Nee pudor est, labiis pocula plena bibis. Pocula sunt Circes: apparent ora ferarum; Vel canis immundus, sUS vel amica luto. Si sapis, o tandem miser expergiscere, tandem, Ulla tuae si te cur?, salutis habet, Heu fuge Sirenum cantus, fuge litus avarum, Et te Carthust, Flore, reconde sinu.
Page 94 - ... On ne voit plus les vengeances particulières tolérées, l'épreuve du feu, la peine du talion, etc. Les petits tyrans féodaux, les communes querelleuses, les bandes errantes de soldats indisciplinés n'ont-ils point disparu? C'est donc une vérité de fait que l'homme, dans la société, va en se perfectionnant au triple point de vue du bien-être physique, des relations morales avec ses semblables, et des conditions politiques.
Page 198 - Voici quelques extraits de son journal : t 28 juillet. — Je vais à la campagne, du côté du couvent des Capucins, et je donne à nos amis des instructions pour la fabrication des bombes. Un fondeur est parmi les assistants ; je lui fais un modèle de bombe avec de la terre. « 6 août. — Le matin, de bonne heure, nouvelle réunion de nos amis pour leur apprendre à fabriquer des bombes. Giusti est un peu surpris de l'emploi d'un tel moyen. Je lui explique que nous n'avons pas d'autre arme de...
Page 65 - Les pièces les plus considérables sont : 1° des paraphrases sur quelques psaumes et cantiques de l'Ancien Testament; 2° des hymnes et des odes sur les fêtes de Nôtre-Seigneur, de la SteVierge et de plusieurs saints. Ses odes surtout sont très-estimées ; Vittorio Rossi dit qu'elles sont très-pures, très-élégantes et remplies de grâces poétiques. 3° Des épigrammes sur divers hommes illustres. On a de lui des poésies italiennes, Rome, 1640...

Bibliographic information