Le royaume d'Arles et de Vienne et ses relations avec l'empire: de la mort de Frédéric II à la mort de Rodolphe de Hasbourg 1250-1291

Front Cover
Victor Palmé, 1886 - Arles (Kingdom) - 62 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 25 - Forcalquier ayant été uni à celui de Provence, Charles d'Anjou se trouvait être le représentant des anciens seigneurs du Gapençais ; à ce titre il contestait la prétention du dauphin Guigues VII. A la fin de l'année 1256, le conflit en était arrivé à une période aiguë; Charles d'Anjou menaçait, pour se faire justice, d'attaquer les domaines du Dauphin. Il fallut tout le poids de l'autorité du pape et du roi pour l'arrêter : Alexandre IV alla...
Page 24 - Ce document contient une allusion à une autre querelle qui, sans la sage intervention du pape et du roi de France, n'eût pas manqué, vers cette époque, de mettre en feu la Provence et le Dauphiné. Presque depuis le commencement du siècle les dauphins de Viennois prétendaient avoir acquis le Gapençais des comtes de Forcalquier 3. On sait que depuis lors, le comté de
Page 33 - Les délégués vinrent le lendemain ù l'audience du pape et lui présentèrent leur requête. Grégoire X leur répondit par de grands compliments ; nul plus que lui ne se réjouirait de l'élection du roi de France ; « car, disent les ambassadeurs en leur rapport au roi,vos estiez li princes de quoi il vouroit plus et son prou et s'onnour, et de qui il auroit plus grant joie si Dieu vouloit que la chose avenist. » Mais il se borne à combler ses interlocuteurs de bonnes paroles : quand il convient...
Page 10 - Plusieurs diplômes, tous de l'année 1251, attestent cette tendance de la politique du roi des Romains : l'un d'eux reconnaissait et énumérait les droits de l'archevêque d'Embrun et la juridiction temporelle qui lui appartenait sur des territoires sis dans les diocèses d'Embrun, de Gap et de Turin. L'Empereur lui concédait en outre des privilèges très étendus, qui, d'après les idées des jurisconsultes du temps, impliquaient une délégation de la souveraineté : ainsi le droit d'accorder...
Page 10 - L'ancienne politique des Empereurs, qui avait si bien réussi à Barberousse au siècle précédent, consistait à s'attacher le clergé par de nombreuses concessions de privilèges ; évêques et abbés aimaient à se placer sous la dépendance immédiate de la couronne impériale, espérant ainsi se soustraire à l'oppression des seigneurs laïques, qui, sous prétexte d'avouerie ou pour tout autre motif, commettaient à l'égard des Églises d'incessantes déprédations. Un moyen s'offrit à Guillaume...
Page 10 - ... n'eut garde de le laisser échapper. Henri de Suse, célèbre plus tard comme légat du Saint-Siège et comme canoniste sous le nom de cardinal d'Ostie, était alors archevêque d'Embrun : possédant la confiance d'Innocent IV, il avait dû quitter sa résidence pour le service de l'Église et du roi des Romains : c'est évidemment par lui que Guillaume de Hollande put se mettre en rapport avec les évêques de la Provence et du Dauphiné.
Page 10 - En tous cas, le roi des Romains travaille à se faire des amis en Dauphiné et en Provence. L'ancienne politique des Empereurs, qui avait si bien réussi à Barberousse au siècle précédent...
Page 30 - ... Italie, tout ce que suivait Charles d'Anjou lui était décidément hostile. Le nouveau pape, Grégoire X, n'était nullement enclin à se faire le champion d'Alfonse ; il n'avait d'autre rêve que d'apaiser les dissensions de la chrétienté pour la lancer toute entière sur l'Islam ; aussi voulait-il un Empereur qui pût se mettre à la tête de l'Europe unie pour la conduire à la croisade. On ne pouvait attendre d'Alfonse qu'il se chargeât d'une semblable mission. En outre, favoriser Alfonse,...
Page 31 - I, p. 652, dans la collection des Documents inédits publiée par le Ministère de l'Instruction .publique. La publication a été faite par M.
Page 6 - Deux-Siciles ; au contraire, il ne paraît pas qu'ils aient jamais conçu le projet d'une entreprise qui put leur rendre le royaume de Vienne. « La chute de la maison de Souabe fut pour l'Allemagne l'occasion d'une crise à nulle autre pareille. Plus de pouvoir protecteur, plus de loi reconnue.... Cette période désolante est connue dans l'histoire sous le nom de grand interrègne, non pas qu'il y ait eu vacance continuelle du trône impérial pendant ce temps, mais parce que l'efficacité de sa...

Bibliographic information