Bulletin et mémoires ..., Volume 8

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 473 - D'un moine, que suit à pas lent L'humble et discret frère servant : « — Salut, ô père vénérable, » Fit le loup, tombant à genoux ; » Ne repoussez pas un coupable , » Qui veut se confesser à vous. » Je pleure mes erreurs passées, > Mes convoitises insensées ; » Je meurs de honte au souvenir » Des agneaux que j'ai fait périr. » Je quitte ce chemin funeste , » Et, pour tout le temps qui me reste, » Je ne veux pas un autre but i, Que de mériter mon salut.
Page 473 - Mes convoitises insensées ; Je meurs de honte au souvenir Des agneaux que j'ai fait périr. Je quitte ce chemin funeste, Et, pour tout le temps qui me reste. Je ne veux pas un autre but Que de mériter mon salut. Employez le fer et la flamme. Commandez cilice et fouet, Et jeûne et veilles, s'il vous plaît, Homme de Dieu, sauvez mon âme! Faites un moine du bandit : Coupez, rasez ma chevelure, Élargissez bien la tonsure, Et donnez-moi le saint habit.
Page 476 - — « Que le ciel me garde » De mettre encor la main sur vous ! » Combien je regrette les coups , > Que vous porta ce bras rapide ! •• Pardonnez à mon humble aveu : > C'est être deux fois homicide > De frapper un homme de Dieu. » Votre fils est libre , et vous , Père , > Allez en paix. » — C'est le pasteur Qui fit ce discours débonnaire. Les loups en rirent de bon cœur , S'en allant, libres , par la plaine. Puis le loup dit au louveteau : « — Plus de crainte, mon fils, tout beau!
Page 470 - Il attache au sommet flexible Un nœud coulant, engin terrible , Où s'étranglera l'imprudent, Qui viendra toucher seulement Un bâton , léger et mobile, Disposé par sa main habile. Sur le milieu de ce bâton, Qui retient la corde homicide, Il dépose, amorce perfide, La tête d'un jeune mouton; Et s'éloigne. Bientôt arrive Notre loup , de loin attiré Par le fumet de la chair vive, Et court au...
Page 476 - Et de revêtir cet habit. » Œuvre de grâce ou de nature ! » A peine avais-je ainsi changé » Et de mœurs et de nourriture, » Que je me sentis soulagé. » Pour moi , quel immense avantage ! > Puisqu'aujourd'hui je puis venir, » Délivrant mon fils , mon otage , » Prendre sa place pour mourir ! » Je n'ai point la rançon promise, » Ayant fait vœu de pauvreté. » Traitez-moi donc à votre guise , » Ou pardonnez avec bonté , » Ou que mon trépas soit hâté, » Si je dois périr : il...
Page 472 - Que vous fixez pour mon retour. » Si vous daignez me laisser vivre, » Tout serait bien profit pour vous » Que je manquasse au rendez-vous. » Car mon fils, à la fleur de l'âge, » Pourrait vous faire un grand dommage : » Tandis qu'un vieillard édenté » Ne peut rien. D'un autre côté, » Quels fruits pouvez-vous donc prétendre » De ma mort? Ma chair n'est plus tendre, » Ce serait un triste ragoût : » Vous ne viendrez pas à bout > De tirer même une pantoufle
Page 478 - Trouve son pénjlent nouveau Qui déjeunait d'un tendre agneau. Le brave homme se scandalise : « — Mon frère, quelle gourmandise ! » Vous êtes moine et bien portant, » Me paraît-il , et cependant , » Malgré la loi de saint Basile , » Vous oubliez jeûne et vigile. » « — II est, répond le loup pervers, » Dans le bien des degrés divers ; » Avant hier, si j'étais moine , » Pour le moment, je suis chanoine. » — Et , sautillant d'un air narquois , II s'enfuit au fond des grands...
Page 109 - Comban si um et Sipia; avec une carte des principales voies romaines de la partie nord-ouest de la Gaule. In-8, 47 p. Rennes, Catel et Cie. 109. — MAULDE (René de). Etude sur la condition fores-' tière de l'Orléanais au moyen âge et à la renaissance.
Page 435 - Hae partim retegunt laxosa fronte capillos, Et calamistrato crine placere volunt. Tu regina, quod es, metuis formosa videri, Quae coemunt aliae munera gratis habens. Praestat habere palam quo te natura beavit, Sis ingrata Oeo si sua dona neges.
Page 495 - La ville des Redons que désertent les bons est pleine de fripons Ville chère à l'Enfer, où la fraude est dans l'air ; on n'y voit jamais clair. Amante de la nuit, dans l'ombre, elle poursuit quelque infâme déduit. Là, le plus insensé du peuple est encensé ; le sage est méprisé. O damnable cité, où le droit est traité comme une iniquité, Des avocats menteurs et retors et rhéteurs défendent les voleurs. Les hommes droits et vrais, amoureux de la paix, perdent tous leurs procès. Là,...

Bibliographic information