Guerandi Mbara, le "colis" de Monsieur Biya: Tout ce qu'on vous a caché sur l'assassinat de l'ancien conseiller du président Blaise Compaoré

Front Cover
Les Éditions Afro-Canadiennes, Aug 9, 2019 - Biography & Autobiography - 221 pages

L’assassinat du politologue et officier d’artillerie camerounais Guerandi Mbara procédait, en réalité, du scénario classique des services spéciaux. Une opération homo (pour homicide) clandestine au milieu de soi-disant hasards qui n’en étaient guère. Chaque acteur recruté pour y jouer un rôle ne savait rien de la trame véritable, ni des vrais tireurs de ficelles. L’argent a circulé à Paris pour susciter trahisons, mensonges et fausses pistes a posteriori. Tout le monde a été roulé dans la farine. Pas seulement le de cujus, mais également l’homme qui, après plusieurs tentatives de meurtre infructueuses à Ouagadougou, croyait avoir payé au bon endroit et les bons tueurs pour que son pire opposant soit enfin mis hors d’état de nuire et qui, donc, croyait que l’officier avait finalement été arrêté pour ses beaux yeux et son argent. S’est ensuivie la désinformation dans les médias et certains milieux parisiens, orchestrée par les mêmes « services ». Puis le déni de justice et l’omerta, manœuvres faisant partie du casting initial.

Cette enquête, enrichie par son aspect biographique, a été menée à grande dextérité par un journaliste d’investigation de renommée qui fut spécialement invité en septembre 1997 par le Quai d’Orsay (ministère français des Affaires étrangères) pour sa science de la politique africaine de la France. Elle vient en démêler l’écheveau avec panache. Véritable grille de lecture de la manière complexe avec laquelle la France continue de mener d’un bras de fer ses anciennes colonies, l’enquête évoque, entre autres, les massacres d’innocents perpétrés par le régime de M. Paul Biya au prétexte du putsch manqué du 06 avril 1984 contre le régime de Yaoundé.

C’est que, dénigré comme homme à femmes ou présenté comme illustre voyou en guise de message subliminal pour décourager ses compatriotes et ses proches, Guerandi Mbara n’était pas moins, sous sa casquette de diplomate burkinabé, un des intermédiaires dans la réconciliation entre l’Élysée et le défunt régime libyen. C’est ce Paris avait intérêt à cacher. Il était un témoin de l’assassinat de Thomas Sankara. Son statut d’homme des armées et de conseiller du président burkinabé Blaise Compaoré l’avait, du reste, impliqué dans d’innombrables projets de « coups d’États » en Afrique et autres rébellions armées dont les ficelles étaient tirées à Paris. Il avait notamment côtoyé les officiers français impliqués dans l’offensive des Forces Nouvelles contre le régime ivoirien. Vous l’aurez compris, il n’avait pas le droit de prendre le large, de se mettre à son propre compte et d’aller se cacher à Paris. L’auteur raconte toute l’histoire de la très meurtrière diplomatie parallèle franco-africaine. C’est un livre à lire absolument.

 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Section 1
5
Section 2
7
Section 3
11
Section 4
18
Section 5
38
Section 6
45
Section 7
56
Section 8
74
Section 13
122
Section 14
139
Section 15
147
Section 16
151
Section 17
162
Section 18
163
Section 19
166
Section 20
174

Section 9
81
Section 10
90
Section 11
95
Section 12
105
Section 21
183
Section 22
194
Section 23
201

Other editions - View all

Common terms and phrases

About the author (2019)

Jean-Marc Soboth est un journaliste d'investigation plusieurs fois primé résidant au Québec. Il est un fin connaisseur de la politique africaine de la France, de ses opérations secrètes et ses crimes d'État. Il fut invité par le Quai d'Orsay (ministère français des Affaires étrangères).

Bibliographic information