Page images
PDF
EPUB

Vous paroissez le premier, ô FRANçois ! digne Rejeton d’un sang auguste, Vous à qui le sceptre des Gaules est reservé lorsque votre main sera affermie

par

les années. Permettez aux Muses de vous approcher. Recevez les douces consolations qu'elles vous offrent; aujourd'hui , qu’un sort malheureux vous arrache, vous & votre auguste Frere, aux embrassemens d'un Pere tendre, & vous retient sur les rives Espagnoles. Ainsi le voulurent les destins de ce Héros, lorsqu'il lutta contre la fortune ennemie! Toutefois, Prince genereux , retenez vos larmes; le sort cruel s'adoucira. Il viendra un jour heureux, où, rendu à votre Patrie , après un triste exil, vous entendrez les cris de joie, & les applaudissemens des peuples , & que les meres attendries s'acquitteront des vaux qu'elles font pour votre retour. En at

tendant ce inoment que les Muses - soient nos compagnes fidelles : osez vous elever avec moi sur les cateaux sacrés du Pinde. Pavie , cn l'an 15.25. Le Dauphin fut racheté çn 1522

JAMQUE adeò in primis ne te non carminis unurr
Prætereat genus esse ; licet celebranda reperti

Ad sacra sint tantùm versus, laudesve Deorum $0 Dicendas, ne relligio sine honore jaceret :

Nam traxere etiam paulatim ad cetera Musas,
Versibus & variis cecinerunt omnia vates.
Sed nullum e numero carmen præstantius omni,

Quàm quo post divos heroum facta recensent, 35 Versibus unde etiam nomen fecêre minores :

Munere concessum Phoebi venerabile donum
Phæmonoës ?, quæ prima dedit (si vera vetustas)
Ex adyto haud aliis numeris responsa per orbem.

Tu verò ipse humeros explorans consule pri

mùm ,

40 Atque tuis prudens genus elige viribus aptum,

Nam licet hîc divos, ac Dîs genitos heroas
In primis doceam canere, & res dicere gestas,
Hæc tamen interdum mea te præcepta juyabunt,

Seu scenam ingrediens populo spectacula præbes, as Sive elegis juvenim lacrymnas , quibus igne me

dullas
Vrit amor, seu pastorum de more querelas,

Je vous apprendrai d'abord

que

les vers ne sont pas tous d'une même es pece. Car, quoiqu'ils aient été inventés pour

celebrer les bienfaits des Dieux, & relever la majesté des choses saintes, les Poëtes, insensiblement, les ont employés à d'autres objets, & ont mis en vers des matieres de tout genre. Mais de tous les vers, il n'en est point de plus majestueux que celui qu'on emploie à celebrer les Heros ; d'où il a été surnommé heroïque. Phébus luimême en prescrivit la forme à la Nymphe Phémonoé, qui, la premiere, si on croit l'antique Renommée, rendit ses oracles en vers heroïques.

Ayez soin, avant tout , de connoître votre talent, & de choisir un genre proportioné à vos forces.Car, quoique mes leçons aient pour objet principal d'enseigner à chanter les Dieux,& les Heros enfans des Dieux, & à raconter

2 Phemonoë, selon Delphes : elle rendit Pausanias , livre X, ses oracles en vers fut la premiere Prê- hexamettres ou plutôt tresse du temple de heroïques.

Et lites Siculi vatis modularis avena
Sive aliud quodcumque canis, quo carmine cumque
Numquam hinc (ne dubita) prorsum inconsultus

abibis.

SO ATQUE ideo quodcumque audes , quodcumque

paraţus
Aggrederis, tibi sit placitum, atque arriseritultrò
Ante animo. Nec jussa canas, nisi fortè coactus.
Magnorum imperio regum ; si quistamen.usquan

[ocr errors]

est

Primores inter nostros, qui talia curet.
S5 Omnia sponte sua, quæ nos elegimus ipsi,

Proveniunt , duro assequimur vix jussa labore.
Sed neque quum primum tibi mentem inopina:

cupido,
Atque repens calor attigerit, subitò aggredien-

dum est
Magnum opus : adde moram, tecumque iinpensiùs

antè
60 Consule , quidquid id est , partesque expende

per omnes
Mente diu versans, donec nova cura senescat.

les hauts faits, elles ne laisseront pas de vous servir, soit

que vous vouliez vous montrer sur la scene & donner au peuple des spectacles dramatiques, ou chanter les soucis des amans & la flamme qui les consume, ou renouveller les plaintes ordinaires des Bergers de Sicile, & leurs combats poëtiques dans tous ces genres, je vous le repete; mes leçons ne vous seront point inutiles.

Quelque sujet que vous traitiez, qu'il soit de votre goût , & qu'il vous

plu. Point de sujets commandés;d moins que vous ne soyez contraint par quelque grand Prince, s'il en est encore qui daignent s'occuper de ce soin. Dans un sujer de notre choix, tout coule de source. Dans un sujet commandé, on n'emporte rien qu'avec effort. Toutefois dès qu'un sujet vous aura plu, & qu'il aura ri à votre imagination, n'allez

pas

aussi-tôt entreprendre un grand ouvrage. Differez, consultez encore, examinez , jusqu'à ce que cette premiere ardeur soit up

peu ralentie.

« PreviousContinue »