Les spectacles de la foire: théâtres, acteurs, sauteaurs et danseurs de corde, monstres, géants, nains, animaux curieux ou savants, marionnettes, automates, figures de cire et jeux mécaniques des foires Saint-Germain et Saint-Laurent, des boulevards et du Palais-Royal, depuis 1595 jusqu'à 1791; documents inédits recueillis aux Archives nationales, Volume 2

Front Cover
Berger-Levrault, 1877 - Actors - 511 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 295 - Roi ordonna sur le champ que l'on ouvrit le corps de l'épinette, d'où l'on vit sortir un petit enfant de cinq ans, beau comme un ange. C'était Raisin le cadet, qui fut dans le moment caressé de toute la Cour. Il...
Page 71 - Fuselier, évitant du haut style La beauté, Pour le Polichinelle ont abandonné Gille La rareté ! Il ne leur reste plus qu'à montrer par la ville La curiosité. Les comédiens ont voulu se plaindre de cette critique et faire taire Polichinelle. Baron fit un beau discours à M. de la Vrillière sur cela. Le...
Page 281 - Maboul, confeiller du Roi en fes confeils, maître des requêtes ordinaire de fon hôtel qui en a communiqué au bureau du fieur Pelletier, confeiller d'État ordinaire.
Page 338 - Combien j'étais heureux... quand, les poches pleines de marrons et de châtaignes, le vieux père Motet, notre bon précepteur, nous conduisait, les quintidis et les décadis, au jardin de l'Arsenal, et nous permettait de faire une halte devant le théâtre des Pantagoniens. Nous restions des heures entières à contempler le père Rousseau, ce paillasse classique !... A peine osions-nous respirer, tant nous avions peur de perdre un de ses gestes, une de ses contorsions. Hommes d'aujourd'hui, respectez...
Page 112 - La cour et la ville, comme on disait alors, voulurent voir cette actrice extraordinaire; les journaux du temps assurent que cette demoiselle Masson était d'une beauté remarquable. Elle reçut les hommages de tout ce qu'il y avait d'aimable et de riche à Paris. Elle dissipa en folles dépenses des sommes considérables, et, après avoir passé par tous les degrés de l'infortune, je l'ai vue, moi, je l'ai vue en 1803, pauvre et misérable, affublée d'une robe de gaze en hiver, chanter avec un...
Page 51 - Pour faire entendre ceci , il est nécessaire d'expliquer que dans le triomphe de Thésée , la monture de ce héros étoit le bœuf gras . figuré par une machine de carton , qui se...
Page 338 - Debureau, avait aussi son mérite. Ce paillasse, qui se nommait le père Rousseau, s'était fait une réputation en chantant en plein air : C'est dans la ville de Bordeaux Qu'est z'arrivé trois gros vaisseaux, Les matelots qui sont dedans, Ce sont, ma foi ! de bons enfants.
Page 338 - J'en ai vu les débris, moi, de ce bon gros paillasse, et je me suis courbé respectueusement devant lui. Je puis affirmer que jamais paillasse ne fut plus drôle, ni plus complet ; ce n'était pas le visage pâle et blême de Debureau, ce n'était pas son jeu savant et grave, ni ses poses artistiques, ni ses clignements d'yeux si expressifs !... c'était une figure , pleine...
Page 183 - S'il ya quelqu'un qui puiffe nous faire fortir de l'enfance où nous fommes encore pour les ballets, ce doit être un homme comme ce Noverre. L'Opéra devroit prendre et bien payer un pareil talent ; mais dès qu'il le doit, il n'en fera rien.

Bibliographic information