Traité général des conifères: ou, Description de toutes les espèces et variétés de ce genre aujourd'hui connues, avec leur synonymie, l'indication des procédés de culture et de multiplication qu'il convient de leur appliquer, Part 2

Front Cover
Chez l'Auteur, 1867 - Conifers - 910 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 9 - ... et choses mémorables, trouvées en Grèce, Asie, Judée, Egypte, Arabie et autres pays estranges, rédigée en trois livres, PREMIÈRE EDITION, woodcuts and ornamental woodcut initials, yellow morocco, plain, ge sm.
Page 222 - Un de ces arbres a été dépouillé, il ya deux ans, de son écorcc sur une longueur de cent pieds, ce qui ne l'empêche pas de continuer à vivre au sommet, comme s'il y avait pour ces rois de la forêt des lois végétales toutes particulières. Une échelle en spirale a été pratiquée sur ce même individu au moyen d'échelons enfoncés dans son corps. Dans les excavations que le feu a creusées à la base du tronc de plusieurs de ces sapins , des familles entières pourraient trouver place...
Page 173 - Mémoire sur le culte du cyprès pyramidal chez les peuples civilisés de l'antiquité (1843); Observations sur l'origine et la signification du symbole appelé croix ansée (1844).
Page 163 - Ces branches, qui parlent d'abord à peu près à angle droit de la tige principale, décrivent ensuite une courbe gracieuse et se replient encore à leur extrémité. De ces mômes rameaux pendent perpendiculairement d'autres branches secondaires, ce qui donne à l'ensemble l'aspect du Saule pleureur avec une plus...
Page 748 - Voulant compléter cette observation, j'achetai, quelques jours après, un cheval auquel je présentai, à jeun, des feuilles d'if; il n'en voulut pas manger, et je fus forcé de recourir à un subterfuge pour les lui faire avaler. A cet effet, je coupai des branches et des feuilles d'if ; je les mélangeai à du son et de l'avoine ; de cette manière, l'animal en absorba une certaine quantité. Je mêlai des feuilles entières à du foin qu'il mangea aussi, et au bout d'un...
Page 221 - Ce tunnel ne paraît pas avoir fait souffrir l'arbre, dont les branches sont toujours couvertes d'une belle verdure Quel colosse et quelle fabuleuse antiquité ! dit le docteur Lindley. Voilà donc un arbre, ajoute -t-il plaisamment, dont l'enfance remonte à l'époque où Samson assommait les Philistins avec une mâchoire d'âne, où Paris courait les mers avec la Belle Hélène, et où le pieux...
Page 748 - Barleville à Tours, à un kilomètre du point de départ, l'un des chevaux s'affaissa subitement dans les traits. S'étant approché pour le dégager, il le vit expirer presque aussitôt, après s'être un peu débattu. Au même moment, la seconde jument, qui était attelée au timon, tomba comme foudroyée et mourut. Il était quatre heures de l'après-midi. «C'étaient justement les deux juments qui avaient été attachées au dehors qui avaient succombé. » Je fus nppelé le lendemain, et je...
Page 223 - ... anglais de circonférence et 300 pieds de hauteur. Pour l'abattre, il n'a pas fallu moins de cinq hommes employés pendant vingt-cinq jours, qui procédèrent à l'exécution de la manière suivante : on décrivit d'abord un cercle à la périphérie, à 7 pieds au-dessus du sol ; puis, à l'aide d'une énorme tarière, on pratiqua une multitude de trous rapprochés les uns des autres , qui détruisirent l'équilibre du colosse et le firent tomber avec un fracas retentissant, aussi terrible que...
Page 224 - Le père a été renversé depuis nombre d'années et mesure 110 pieds de circonférence à la base. On suppose qu'il atteignait une hauteur de 450 pieds. En tombant, il s'est brisé contre un arbre voisin à une hauteur de 300 pieds, et à ce point, sa circonférence mesure encore 40 pieds. Le fragment du tronc, qui reste couché et à moitié enfoncé dans la terre, est creusé dans toute sa longueur, et renferme, vers une de ses extrémités, les eaux d'une source intarissable qu'il a couverte...
Page 163 - ... transformation, une espèce d'Érable, nommée par les Chinois Fung-Gze. Ces deux arbres formaient une remarquable opposition de couleurs avec le vert foncé des Pins. Mais le plus bel arbre, sans aucun doute, que j'aie trouvé dans ce district est un Cyprès pleureur, que je n'avais vu dans aucune autre partie de l'empire chinois et qui même, je dois le dire, m'était tout à fait inconnu. J'aperçus, d'une distance de près d'un kilomètre, une espèce de Pin d'un (1) Dans le Botanieal magazine...

Bibliographic information