Page images
PDF
EPUB

Si quide le jor sans bataille

„Sire vassal et por quoi donques, 551 Estre de s'amie saissis.

Fait Gaumeres, quant je di voir, Lors ont entr'ex un ju partis,

Ne las je bien faire savoir ?" Et si le parti cil sans non

„Nenil, dist il, onques n'avint. Bonement à son conpaignon: 546 Il s'en conbatroit å tex XX, ,, Sire, dist il, vous coisirés,

L'un après l'autre com vous estes, L'un de ces II cemins irés

Si trenceroit à tox les testes.“ Por vostre besongne furnir.

Et Gaumeres respondi lors: Et quant venra au revenir,

„Par foi, fait il, j'en ai le cors, Se Dix nous done si ouvrer

Mais il n'i a ne bras ne quisse, Ke par armes puiscon prover, Et si sui tox près que je pruisse 552 K’il ont menti de cest afaire,

Ke je l'ai et que li Faés Ciés Tristans ert nostre repaire. En a les menbres aportés.“ Et cil qui ancois i venra,

Espinogres lors respondi: Son conpaignon i atendra, 547 „Apertement avés menti Tant qu'il oie parler de lui.“

Je sui près que je l'en desfende "Quant je, fait Espinogres, sui Et que mort u pris vous en rende, À cais d'une de ces II voies,

Ains que g'isce de ceste lande.“
Et faire l'estuet toutes voies,

Et Gaumeres tantost demande
Si qu'il ne puet autrement estre, Ses armes, et on li aporte
Se irai cesti à senestre,

Cauces de fer à maille forte, 553 Ki me menra à Gaumeret.“

Plus blances qu'argens esmerés.
„Et je en ceste autre me met, Puis fu li haubers aportés
Fait cil sans non, si vous commant Fors et legers, clers et trellis,
Au glorious le roi poiscant, 548 Et hiuume qui fu de Senlis;
Ki vous gart de honte et de mal.“ Toute ert noire l'autre armeüre.
Lors bronce cascuns le ceval

Quant armés fu à sa droiture,
Si oirrent moult grant aleure, Il n'i a fait plus de demoure,
Et Espinogres à droiture

Son ceval ert plus noir que moure. N'ot pas demie liue alée,

Et quant il se fu bien armés K'il a une forest trovée.

Sor le bon ceval est montés. 554 Puis oirre longement issi,

Tox près de prouver erramment Conques de la forest n'issi,

Cou dont li autres le desment.
Tant qu'il a trouvée la lande,

N'avoit entr'ex tertre ne vaus,
Ù Goumeres est qu'il demande, 549 Il laissent corre les cevax
Si com la parole est contée.

Tant com cascuns li pot aler.
Por noient seroit recontée,

Si se ferirent au joster Car ele est bien dite et oïe.

Si grans caus par mi les escus Si quide bien avoir s'amie

K'estroés les ont et fendus. Sans contredit que nus i mete, Outre fissent passer les fers, Ne quide que nus s'entremete

Sis assissent sor les haubers, 555 De prendre contre lui deraisne. K'il ont trouvé tenans et fors. Et quoi que il si se desraisne,

Si se fierent de tel esfors Et il dist ses rices paroles

Et par tel ire des espiés, Si orgellouses et si foles 550

K'il n'i remest ceval en piés. Com vous avés oï conter,

Et de ce nes doit nus blasmer
Nes couvient mie reconter,

Quant les cevax estut verser.
Car assés bien vous en souvient. S'il caïrent o les destriers,
Estes vous qu'Espinogres vient. Guerpir lor couvint les estriers.
Cortoisement li dist en pais:

Si sont tantost en piés sailli, „Dans chevaliers, ne dites mais Si a li uns l'autre asailli

556 Ke vous aiiés Gavain ocis.

Moult tost et moult seurement. Vilainement avés mespris

Et saciés bien certeinement, De ce que le desistes onques.“ Que nus qui esgardast l'estor,

5477. Ki menra a Gaumeret.

5480. clariax.

5482. brace.

[subsumed][subsumed][subsumed][ocr errors][subsumed]

5606 in der Handschrift verstellt vor den drei vorhergebenden. 5659. grant cri ne ont.

Parmi l'espaule fist passer 567 Lors l'a moult bel à raison mis
Jusqu'as doiles le bon espié

Là ù erroient le cemin:
Si qu'il en parut bien plain pié „Biau sire, fait il, je devin,
Et plus encor devers le dos.

Ne sai se ma pensée est fine,
Tout trenché fust et fer et os.

Mais mes cuers ensi le devine Si l'enpaint par si grant vertu, Au sanlant que je pens et voi, K'il a tout endanle abatu

Vous estes de la gent le roi. 573 En un mont lui et le destrier.

Por cou vous pri s'il pooit estre, Lors mist le main au brant d'acier, Que vous me desisciés vostre estre Sel vait iréement requerre,

Tant que j'en fusce bien certains.“ Et cil qui gissoit à la terre

568 „Par foi, fait il, je sui Gavains. Moult hlecies li dist erramment: Ja mon non ne vous ert celé, „Sire chevalier, je me rent,

Puis que j'ai par armes prouvé,
Quant si preu et si fort vous truis, Ke je sui delivres et sains.
Vers vous desfendre ne me puis. Aniex seroie et vilains
Je me met en vostre merchi.“

Se jou à vous ni à autrui
Et cil sans non li respondi:

Celoie jamais, qui je sui

574 „Moult volentiers et je vous praing; Dès que par terre ai tant erré Mais tant vous di jou et apraing, Que je ai mon non recouvré, Ains que jou vous voille recoivre, Que j'avoie piecha perdu. Je n'ai talent de vous decoivre: 569 Il doit estre par tout seu Que vous vendrés aveuques moi Le grant orguel que avés fait. En prison à la cort le roi.

Il doit estre par tout retrait,
Si menrés o vous vostre amie, Que feïstes au chevalier,
Et se li rois la vous otrie,

Qu'el bois l'alastes detrenchier,
Vous l'arés, et saciés de voir,

Puis en aportastes le cors, Ke vous ne la poés avoir

Moult ains que del bois fuissiés fors 575 S'au roi de nule rien desplaist.“

Crevastes ambedeus les eus Et li chevaliers lors se taist,

Au vallet qui n'estoit pas veus.
Ceste parole moult li grieve.

Il avoit o sui trois puceles,
Et cil sans non l'espée lieve, 570 Qui molt erent gentes et beles,
Si fait de lui ferir sanlant;

Qui moult demenoient grant doel. Et cil qui bleciés estoit tant,

Chascune d'eles à son woel K'il n'a pooir de lui desfendre, Morist iloeques en la place, Li va la soie espée rendre:

Tainte et persie avoit la face, „A chevalier, fait il, merci!

Tant avoit chascune ploré. Faites tant que je vous merci, Quant je oi le duel escouté, 576 Et que je soie vostres quites

Si ving à eles tout errant, De ceste oeuvre que vous me dites. Puis vi devant eles gisant Se je perdoie issi "m'amie,

Uns damoisel qui moult ert gent; Je perdroie à estrox la vie, 571 Mais moult li estoit malement, Car enaim riens el siecle tant.

Car on li avoit de novel
Tant par vous voi prox et vaillant, Les eus tolois fors del cervel.
Si ensegnié et si cortois,

Quant jel vi si mal atorné
Car je sai de voir, que li rois

Qu'il ot andeus les ex crevés, Le me rendra, se l'en priiés.“

Si cuidai de voir sans doutance „Chevalier! ne vous esmaiiés !

Que trestoute la doleance 577 Fait cil sans non, que à amie Qu'eles menoient, fust par lui, Ce saciés ne faurés vous mie.“ La grant ire et le grant anui

Moult en a cil grant joie eie, Le damage por quoi faisoient Lors atorne (?) soi et sa drue, 572 Le grant doel qu'eles demenoient. Et si fist sa plaie atorner,

La premiere respont errant: Puis s'en veut à la cort aler

Sire un chevalier moult vaillant O le chevalier qu'il a pris,

Avons ci veü detrenchier;

[ocr errors]
[blocks in formation]

Onc ne li peümes aidier.
Je demandai cui il estoit,
Et l'autre si me responnoit: 578
Que ce ert messire Gavains,
Qui ici erroit trestous sains,
Mais n'i avoit bauberc vestu,
Ne nule arme fors son escu
Et une lance solement.
Ensi ert eschaitiement
Qu'il n'ot serjant ni escuier;
Puis li vindrent dui chevalier
Armé sor II destriers d'Espaingne
A travers par une champaigne, 579
Tant qu'il l'atainstrent en cel val.
Cil torna vers els le ceval;
Por lui ochirre et detrenchier
Puis commenchierent à hucier;
Estés, estés, sire vassal!
Cil s'arestut tout à estal,
Qui tenoit sa lance en sa main
Li uns li dist en haut: Gavain,
Vous n'en irois en fin sans faille !
Atant commencha la bataille, 580
Qui n'estoit mie par ingal
Li cuivert felon desloial
S'ont detrenchié Gavain et mort;
() fust à droit o fust à tort
I ala cel vallet courant
Qui moult estoit preus et vaillant,
Que il cuida Gavain aidier;
Mais ne li pot avoir mestier
Que il estoit ja decaupés.
Li vallet ot les ex crevés, 581
Pour ce ke aidier li cuida.
Un chevalier le cors troussa
Sour un destrier, par mi l'arbroie (?)
Se mistrent errant à la voie
Si s'en vont moult grant aleüre.
Et je lor pramis à droiture,
Que le vallet seroit vengié;
Tornai m'en quant joi pris congié,
Que je n'i fui pas coneüs.
Je vous ai tant quis et seüs, 582
Que j'ai sour vos la pocsté,
Qu'il sera moult bien amende
Le grant outrage et le desroi.
Vous quidastes que ce fust moi,
Quant vos feïstes le mesfait.“
„Par foi, biau sire autrement vet,
Respont li Orguelleus Faé.
De chief en chief li a conté,
L'acoison por quoi el fu faite
Ne doit estre en tel mal retraite 583

Puis qu'ele puet estre amendée,
Voiant cels de vostre contrée
Vous rendrai icel chevalier
Et ses armes et son destrier
Tout sain si com onques fu plus.
Et si vous di por voir que nus
Ne vit, onques encor plus cler
Que cil dont je vous oi conter
Sera, desque j'aurai tant fet
Qu'aval le vis li aurai trait 684
Tant solement ma destre main,
Si sera tout garis et sain.
Gavains, dist il, dous amis chier,
S'or pooie tant esploitier
Que li valles ses eus eüst.“
„Et qu'au chevalier ne neüst
La traïson ke vous feistes,
Encor porriés estre quites,
A ce que je vous aiderai;“
„N'en soiés vos ja en esmai, 585
Sire, fait l'Orguelleus Faé,
Que onkes en si grant santé
Ne fu encor li chevaliers,
Ne li valles, biau sire chiers,
Com à la court le vous rendrai.
De ce ne soiés en esmai.“

Ensi tindrent parlant la voie,
Tant que il vindrent à la voie
Iloec endroit où il parti
D’Espinogre, son bon ami. 586
Si descendent iloec à pié
Par un cemin qui ert forchié.
Lors i vint poignant sans demeure
Sor un noir ceval plus que meure
Un chevalier grant aleüre.
Son destrier ert à desmesure
Isniax; qui voir en vaudroit dire,
On ne porroit pas tel eslire
Qu'en la terre le roi Artus.
Li chevalier ert moult seurs; 587
Il estoit si armé sans faille,
Ne cremoit pas une maaille
Caup d'espée ne de nule arme.
Il est descendu sous un charme
Pour son destrier cengler estroit.
Li Orguelleus Faés le voit
Si dist: „Gavains! tout erramment,
Sire, dist il, mon escient
Com je voi là, un chevalier
U cesne cengle son destrier 588
Et lace son elme gemé;
Şaciés bien qu'il a en pensé
À faire vous aucun hontage.

[ocr errors]

5803. Cont. 5813. parmi nauquerue. u el chevalier. 5842. gars. 5852. Qui.

5825. seustes. 5883. Vous rendee

Je voel estre en vostre homage
S'irai vostre message querre
Dont il vient et que il va querre “
Que que cil parloit à Gavain
Es vous venir par mi un plain
Deus chevaliers moult bien armés
De toutes armes acesmés.

589
Si paroit bien à lor escus
Que forment s'erent combatus;
Il erent tuit covert de sanc.
Li uns sist sor un destrier blanc,
Et li autres sist sour un sor.
Cil avoit non Gomeret mor,
Moult estoit chevalier vaillant.
Espinogres aloit devant
Qui sour le blanc destrier seoit,
Et li noirs chevaliers le voit, 590
Si com venoient traversant.
Lors monte el bon destrier corant,
S'enbrace l'escu et la lance,
D'esperoner vers els s'avance,
Şi broce pour els encontrer;
À Espinogre vait jouster.
Quant cil le vit ver lui apoindre,
Iriement vait à lui joindre.
Sans parler et sans desfiancer
Fierent es escus de lor lances, 591
Et li escu perchent et croissent,
Nule de lor lances ne froissent,
Que trop erent roides et fors.
Et cil l'empaint de tel esfors,
Volsist Espinogres ou non,
Que il l'abati el sablon.
De s'enpoindre a son cop repris,
Fiert Gomeret en l'escu bis,
Que par la crupe del destrier
Le fait à terre trebuchier, 592
Puis a saisi les II chevaus,
Si a guerpi les II vassaus,
Si s'en revient toute la voie
Vers les deus qui sont en l'ombroie,
Qui l'avoient piecha veü.
Le ceval blanc ont couneü,
Mesire Gavains le courtois
Si sot bien trestout demanois,
Que ce estoit son compaignon
Que cil abati el sablon.

593 Il s'estoit pris au bon destrier Pour aler au noir chevalier Jouster, qui par grant desmesure Aloit tout sol querre aventure,

Car il ne quidoit pas que fust
Nus hom qui de prouece eüst.
Si monte par l'estrier senestre
Et prist sa lance à la main destre,
Puis dist à l'amie au Faé:
„Damoisele de grant biauté ! 594
Vous revendrois ci sans esmoi
Sous cest ormel que je cbi voi,
Et g'irai vostre ami aidier,
Et si li rendrai son destrier
Que cel chevalier là enmaione.
Je souferrai ains moult grant paine
Que il l'enmaint, se Diex me gart.“
Sous l'ormel la laist, si s'en part,
Si vient à lui par mi la lande;
Li noirs chevaliers li demande, 595
Qui cele damoisele estoit:
,,Sire, fait il, se vous plaisoit,
Ele seroit et moie et vostre.“
„Ja par Saint Pol le bon apostre,
N'i aurois part avoeques moi.
Gavains li dist, Sire par foi
Vous requier et pri par franchise,
Par guerredon et par servise,
Que me rendois cel blanc destrier,
Et puis celui au chevalier 596
Que abatistes en la lande.
La damoisele le vos mande,
Que vous li rendés par amor;
Si ert cortoisie et bounor.
Sire encor vos revoel priier
Que me rendois l'autre destrier,
Si m'aurois dont grant honor faite.
L'onor ert en tel lieu retraite
Où il vous orra maint prodome.“
Par trestous les consaus de Rome 597
Fait or li chevaliers, li dous,
Vilains estes et ennuious!
Vous m'avés tel cose requise,
Je nel feroie en nule guise
Pour vos ne por vostre priere.
Ja nes aurois en tel mapiere.
Mais tant sachiés, dans chevaliers !
Que se vous li volés aidier,
() moi vos convendra conbatre
Qui les enmenerai tous quatre; 598
S'ert la vostre en sa conpaignie,
Et si enmerrai vostre amie
Que je voi la desous cel orme.
Si aurois sollers en la forme
Com les autres les ont eüs

a

5887. Hier muss eine Stelle fehlen, die einen unglücklichen Kampf des Gefeieten mit dem fremden Ritter beschreibt. 5971. Fait soi li chevaliers. 5976. Je ne saurois. 5980. Qui eles enmenrai. 5981. Si ert. 5985. O les autres.

« PreviousContinue »