Page images
PDF
EPUB

Et cil bonement le salue
Ki de son non mie n'avoit.
„Sire, dist il, Dix vous avoit
De cou que vous alés querrant.“
Puis li a dit: „Je vous demant
S'il vous plaist, que vous me donés
Un don, qu'ensanble o moi venés
Entre vous et cel chevalier
Wi mais deduire et herbegier. -493
Et vous arés ostel si buen,
Com s'il estoit u vostre u suen;
Car il ert à vostre devise.“
„Sire, fait il, je ai enprise
Une aventure que je quier;
Por cou si vous pri et requier,
K'il ne vous poist, se je n'i vois.
Par castiax, par viles, par bois
Le querrai tant qu'ele ert trovée.“
Chevalier s'il ne vous agrée, 494
Fait-il, à prendre mon ostel,
Dont vous pri jou et requier d'el.
Et de cou que je vous veul dire
Ne me devés vous escondire,
Ke il m'eüst grant mesproison."
„Sans laidete et traïson,
Fait il, quant vous tant me proiiés
Vous en ert li dons otroijes.
Et cil respont: „Vostre merci.
J'ai un castel moult près de ci, 495
Un petit outre ce vaucel
Si i est orendroit moult bel
Mon dis vous prest, et atorné,
Vous nen serés pas destorné
Le trait d'un arc de vostre voie.
Et por cou que je vostres soie,
Vous pri que vous sans demorer
I vegniés aveuc moi disner.“
Et il li dist: „Jel vous otroi.“
Atant s'en tornerent tout troi, 496
Si sont dusqu'au castel venu.
Ancois qu'il fuscent descendu,
Estoient ja les tables mises,
Et li sergant avoient prises
Les touailes et les bacins;
Les doubliers, li pains et li vins
Fu tost aparelliés et mis.
Puis se sont au disner assis,
Dès que li ave lor fu dounée,
K'il n'i ot autre demorée. 497
Et saciés bien que li mengiers
Fu biax et rices et pleniers,
Et liement donés et pris.
Quant il orent longement sis,

Cil qui sire ert de le maison,
Mist ses II ostes à raison:
„Segnor, fait il, je vous veul dire
La dolor et l'anui et l'ire
K’avenue est novelement,
Dont tout le mont ert en torment, 498
Quant il sera par tout seü.
J'ere l'autre soir esmeü
Por aler en un mien afaire,
Se on peüst celer et taire
Ce que je vous veul ci conter,
Nus hom nel deüst reconter,
Mais l'uevre est ja par tout seule,
Ki ne porroit estre teue,
Ce poise moi que on le set.
Ahi Dix! tant fortune het

499
Les dames et les damoiseles,
Quant eles saront ces noveles,
Ke vous m'orrés ja ci conter,
Moult se porront desconforter;
Car cil en cui Dix avoit mise
Loiauté prouece et francise,
K'il avoit fait cortois et sage,
Sans vilonnie et sans outrage,
Sans orguel et sans desmesure,
Il n'avoit de nul forfait cure, 500
Ains amoit honor et raison,
Est mors par mauvaise ocaison.
Et quant je tant vous en ai dit,
Savoir poés sans contredit,
Dont la mesaventure sort.
Quant on le sara à la cort,
Moult en ara li rois grant ire.
Alas! qui li osera dire
Del bon cevalier, c'on a mort
Et decaupé à si grant tort. 501
C'est son neveu, dont je vous cont.“
Ostes, por tox les sains du mont,
Fait cil sans non, que savés vous ?“
„Jel sai bien, dist cil, à estrox.“
„Et vous, coument?" Jel vous dirai,
Ke ja de mot ne mentirai:
Je voloie aler l'autre soir
En deduit por mes bos veoir;
Quant je dui de ma porte iscir,
Si vi III chevaliers venir 502
Moult bien armés sor lor destriers.
Vers moi vint armés li premiers
Tox seus par ini une quarriere,
Et si laisca les II arriere;
Il me salua et je lui;
Après me dist: Sire, je cui,
Ke estés de cest ostel sire,

99

4932. cil.

4941. Fait a prendre mon ostel.

4945. kil.

4992. ele.

5019. port.

Si c'onques rien n'i esploitierent.
Un jor avint que les prierent
Moult bonement de tox lor cuers.
Les damoiseles erent suers,
Et li chevalier conpaignon.
Li ainsnée dist, que le don
De s'amor avoit ja doné,
Si n'ert pas le chevalier né,
Par quoi il fust ja retoloit;
Car tant ert biax et tant valoit 509
Cil cui ele donoit s'amor,
Ke ja n’ameroit à nul jor
Nul chevalier se celui non.
Lors li demanda cil son non
Ki se dervoit de duel et dire.
Jel puis bien en toutes cors dire,
K'il est tant et dit et només,
Que ne puet estre en cort celés,
Car cou est mon segnor Gavain,
Cui li cortois et li vilain, 510
Et cil qui sont par tout le mont
Loent sor tox ceux qui i sont.
Įi autres enquist maintenant
À celi cui il amoit tant,
Le sien cuer et le sien pensé.
Mon cuer en est bien porpensé,
Dist ele, ja n'en doutés rien,
Je ne sai pas nomer le mien
Ki il est, ne quant jel ferai.
Mais une cose de voir sai: 511
Si l'avés vous très bien oï,
Ke ma suer a fait son ami
De mon segnor Gavain sans faille;
Şi ne gart l'ore qu'ele i aille
A la cort le roi

por

li

querre Por sa druerie requerre; Et je irai ensanble o li. Une cose de voir vous di, Que se me suer ne li agrée, Ensi com el si est dounée, 512 Ke je meïsme mi donrai En tel guise, que j'amerai Un chevalier par son consel. Et c'ert le chevalier vermel, De qui je ferai mon ami. Et saciés bien, que je vous di Del bon chevalier, del seur, Ki à la cort le roi Artur Vint antan estre chevalier, Ki les armes et le destrier

513 Conquist par son cors seulement, Desarmés par grant herdement. Et li rois Artus li dona

Por cou vous veul proiier et dire,
Si serai vostre à tox jors mais,
Ke vous me herbegiés wi mais. 503
Et je li dis: jel vous otroi,
Lors s'en vint caiens aveuc moi
Li chevaliers, sel descendimes,
Et jel desarma jou meïsmes,
Puis fis en sauf ses armes metre,
Et fis mes valles entremetre
De son ceval metre à estable.
Mais se je fusce bien raisnable
Bien ensegniés et bien cortois
J'eüsce demandé ancois,

504
Ki il ert, et dont il venoit,
Et kele aventure il querroit.
Car puis que je herbegié l'oi
Et je le mal et l'anui soi,
Ke "il ert alés porkacier,
Je nel poi de caiens cacier,
Ne jeter de ma maison fors.
Lors vint caiens atout un cors
Uns des chevaliers qui sivoit,
Li autres qui après venoit, 505
Portoit les membres et le teste.
Si en demenoit moult grant feste
Et grant joie de l'aventure.
Je li demandai à droiture,
Ki ert li mors, que il portoit
Dont si grant joie demenoit,
Et por coi l'avoient ocis.
J'avoie, dist li uns, pramis
La teste à une moie amie,
Et je, se Dix me beneïe, 506
Dist l'autres, la moie le cors.
Et je lor redemandai lors
L'ocoison por quoi il l'avoient
Ensi ocis com il disoient.
Lors me commenca l'uns un conte,
Dont jou

duel et ire et honte
De reconter le à nul home.“
Ostes, por tox les sains de Rome,
Fait cil sans non, dites le moi.
Car je vous di en bone foi 507
Ceste aventure que je quier.
Por cou si vous pri et requier,
Ke vous me contés tout le voir.“
„Jel vous ferai moult bien savoir,
Fait li ostes, n'en doutés ja,
Si comme cil le me conta :

Li doi des chevaliers prioient
Dex damoiseles qu'il amoient,
K'à grant mervelle estoient beles:
Trois ans priierent les puceles, 508

5038. Mais se fusce bien raisnable. 5120. Ensi com ele si est doune.

[blocks in formation]

Del chevalier qui en porta Sa coupe d'or de devant lui. Moult furent angouscox li dui, Qui les puceles requerroient. Puis lor discent, que il estoient Mellor chevalier que cil n'erent. Et les damoiseles jurerent, 514 Que se lor dis n'estoit provés, Et qu'il se suscent esprovés Cors à cors par lor Il escus, Si qu'il les eüscent vencus, Ke jamais nul nen ameroient. Et se il issi ne faisoient Dedens un terme qui fust cort, Eles iroient à la cort. Et cil discent, se nous vencons Qui tant proïes vous avons, 515 Dont n'arons nous vos drueries? Enfin devenrons vos amies, Disent eles, quant ce sera, Mais ja se Diu plaist, n'avenra. Car ce seroit trop grant damage. Par tel sorfait et par tel rage S'esmurent cil por Gavain querre. Tant errerent par ceste terre, Un jor avint qu'il l'encontrerent; Seul et desarmé le troverent,

516 Cil qui querroient por ocire. C'est damage qu'il l'estuet dire, Sa desfense rien ne valut. Par itel ocoison morut Li niés le roi, ce saciés bien. Onques n'oi si grant duel de rien, Ne ja mais ne quit qu'il m'aviegne Si grant dolor por riens qu'aviegne. Quant il fu issi avenu Et cil furent caiens venu, 517 Ki tant l'avoient depecié, Le destre bras qu'il ot trencié, Lor demandai, sel me dounerent. Atout le sorplus s'en alerent Par matinet en lor païs. Et saciés bien que il ert mis, Se je puis vivre longement, Si bien en or et en argent; Se li orfevres ne se faint, Onques nus bias à nul cor saint 518 Ne fu mais si ricement mis, Je l'ai bien voué et pramis. Et je m'en doi bien entremetre De faire le ricement metre; Car li prodom fist moult d'onor As chevaliers de ci entor.

Si devroit bien cascuns entendre
Ki en porroit guerre d'antendre.

Biax dox ostes, fait cis sans non, Por Diu et por sa raëncon 519 Counoisciés vous bien Gavain ?

„Je vous mosterrai ja sa main, Fait li ostes, se Dix me voie.“ Maintenant por le main envoie, Ki en un coffre ert enfremée D'un drap de soie envolepée Et quant le bras fu hors iscu Ķi estoit envox d'un boufu, À merveille l'ont esgardé. Puis ont priié qu'il soit gardé 520 À honor tant qu'il soit seü, Ki li cors ert dont li bras fu.

Il lor respont, que si ert il, Ja rien de lui n'ert tenu vil Là ù il soit ne bras ne main; Car bien set que c'est de Gavain; Si doit estre moult cier tenu. Et cil qui ert sans non venu Li dist: „Sire, se Dix me gart, Ja mar de cou arés regart: 521 Je vi, n'a pas quart jor, Gavain Vers Carduel tout delivre et sain, Si aloit aventure querre Or vous veul proiier et requerre Por amour et par guerredon, Ke me creantés un seul don, Et je ne vous querrai sorfait.“ „Dont ert il, fait li ostes, fait, Par si que je faire le puisce. „Ensengniés me dont ù je truisce 522 Ces qui ensi se sont vanté, K'ont mon segnor Gavain maté, Et qu'il a par ex recut mort. Et saciés bien que il ont tort, Et que moult laidement l'ocissent, Sans cou que nul mot ne li dissent, Ne qu'il n'avoit d'ex nul regart. N'a sous ciel home qui esgart, Ki en lui ot sens et raison K'il ociscent en traïson.

523 Fu ce prouece s'il l'ocissent? Après se vanterent et dissent, K'il avoient Gavain ocis. Je l'ai ja mainte fois enquis, N'onques encor ne peuc savoir Del chevalier por nul avoir Son non, ne de quel terre il fu, Fors qu'il portoit un tel escu Comme mesire Gavains porte.“

5146. issi les faisoient. 5154. Dix. 5214. Or vous proiier et requerre. 5222. Ke il monsegnor Gavain maté.

1

525

À mervelle se reconforte 524 K'il avoient Gavain ocis,
Li ostes, qui ot tex noveles,

Et se nus osoit ce desdire,
Ki moult si sont plaisans et beles; K'il feroient crier et dire,
Puis dist: ,,Sire, se Dix me voie, K'il seroient prest du prouver,
Je vous metrai bien en le voie Si ne porent encor trouver
Moult volentiers, quant vous vaurois. Ki i meïst pul contredit.
Et ce est bien raisons et drois Et de ces dex qui ce ont dit, 530
Ke de cou vous doie avoiier.

Ni a il nul qui moult ne vaille,
Je vous vaurai ja convoiier,

Si veulent prouver par bataille. Tant que je vous avoierai,

Or est la cose alée tant, Et por cou vous convoierai

S'aucuns ne vient demain avant, Ke jou vous mosterai la voie.“ Ki pruisse que ce n'est pas voir Maintenant del tout les avoie

Enfin lor con vepra avoir Et de lor nons et de lor terre

Les puceles sans nul delai. De quanques il vaurent enquerre: Eles en sont en tel esmai „Sire, dist il, veïstes vous

De ce que ne puent trouver, Onques le Faé Orgellox.

Ki cou lor ost à faus prouver, 531
Je ne sai mie bien son non

Ne
par

bataille contredire;
Mais je sai bien que son sornon K'à poi que ne sont mortes d'ire.
Si est de la Roce Faée;

Savés porquoi eles s'esmaient Ensi est la vile apelée.

526 Eles dont trop que cil nes aient Li uns d'ex est ensi noumés

En tel guisce com je vous cont?
Et li autres est apelés

Si dient bien que s'ocirront,
Par tout Goumeres sans mesure. S'il les ont par ceste raison;
De cestui sor non n'ai jou cure.“ Car eles erent ocoison
Mais cil sans non: „Il n'est pas buens, Ke Gavains fu par eles mort,
Et il est bien par raison suens. Eles n'auroient ja confort.“ 532
Fait li ostes: „Il est assés

„Ostes, dist il, ne vous anuit, Orgellox et desmesurés.

Porrons nous tant errer anuit Et si ai jou malement dit

Et demain dusqu'à mie di ? Je meïsme nient contredit, 527 Une cose de voir vous di, Si est il bien dit et prouvés

Si nel di je pas por vantance, K'onques nus trop ne fu d'assés. Se dame Dix tant nous avance Le tiers n'i sai je pas qui fu,

Ke demain à tans i vegnon, Ne mais qu'il ert o ex venu.

Je ai talent que nous venjon Celi oï dire et retraire

Le grant forfait que il ont dit. K'il n'i ala por nul mal faire,

Ņous II i mettrons contredit 533
Fors por tenir ex compaignie.“ A armes, comment que il aille,
„Ot la saisine de samie

Ne puet remaindre sans bataille.“
Biax dox ostes, fait cil sans non, „Lors dist li ostes: „Ce me sanle,
Nus d'ax dex par ceste ocoison ?“ 528 Vous ne trouverés pas ensanle
„Nenil, dist il, ce me fu dit,

Les chevaliers que vous querés.
K'eles i miscent contredit,

Se par armes les conquerés, Et si dissent à lor amis,

Dont vous avés ceste ouvre enprise, Ke il lor avoient pramis

Moult avés grant honor conquise.
Le cors Gavain u mort u yif.

Se ne faites trop grant demeure,
Si ot entr'ex moult grant estrif, Vous i venrés moult bien à eure. 534
Car les damoiseles disoient,

Et si vous dirai bien comment
Ke autrefois veü l'avoient,

Goumeret sans mesure atent:
Et ce n'ert mie illeuc son cors. Il a son pavellon tendu,
Et li chevalier dissent lors, 529 Si a longement atendu
Ke si ert et sel prouveroient;

Por cest afaire en une lande.
Car as marciés crier feroient

Si enquiert ileuc et demande Par tox les castiax du pais,

Savoir, se nus vauroit des dire

+

[ocr errors]

5265. quil nest pas buens.

5267. quil. 5310. ke.

5340. eures.

Ce qu'il a fait crier et dire,

Bien vous devés à nos tenir Ke par ex dex est Gavains mors. Tous jors mais dès ore en avant.“ Tant est prox et hardis et fors 535 „ Segnor, fait il, je vous demant K'il ne trouve qui l'en desdie. Par gueredon et par amour Si quide avoir demain s'amie. Ke par ci soit vostre retor. ļi Fées Orgellox atent

Je nel sai, ne vous ne savés A son castel tout ensement

De l'aventure que querrés Por savoir, se ja venroit nus

Ke vous en est à avenir, Ki de ceste oeuvre feïst plus, Mais savoir veul au revenir, 541 Et qui ossast vers lui enprendre Comment vous ert de cest afaire. U à prouver u à desfendre,

Tout me conterés au repaire, Ce qu'il dist qu'il a mort Gavain. Ki vous estés ne de quel terre S'aucuns ne vient avant demain 536 Et l'ocoison qui vous fait querre Ki par armes le contredie

L'aventure que vous querés. Enfin ara la soie amie.“

Se par armes cex conquerés Lors se leverent del mengier

Que vous avés longement quis Puis monta cascuns u destrier, Moult par arés grant pris conquis.“ Et si se missent à la voie,

Bounement li ont otrocié; Et li ostes tant les convoie

Quant assés les ot convoiié, 542 Como cortois et ensegniés,

Si revient li ostes arriere,
K'il lor a moult bien ensegniés Et cil oirrent en tel maniere
Del païs trestox les assens,

Come li ostes lor ot dit.
K'il ni fauroient à nul sens 537 Tant errerent, que li uns vit
À trover cou qu'il vont querant. En un val une bele tor
Et quant il orent erré tant,

Qui estoit à un vavasor.
Ke li ostes retorner dut,

Moult estoit rices li porpris, Espinogres lors apercut,

Et li sires moult poëstis K'il avoient forment mespris,

£t moult prodom cui il estoit. Si s'en tient moult à entrepris: À son contenement paroit 543 Si le dist à son conpaignon,

K'il estoit de moult grant pooir. Ke il n'orent enquis son non.

Là se herbegierent le soir
Lors l'ont moult bien à raison mis : Andoi ciés le bon vavasor.
„Ore nous soumes vos amis, 538 Si grant joie et si grant honor
Et se est bien raisons et drois

Li face Dix, com il lor fist.
Ke bien avés à ceste fois

Moult se jua et moult lor dist Deservi qui nous le soion.

De ses aventures la nuit; Biax dox ostes, si vos prion

Et il à lui, si com je cuit, Ke vostres nons nous soit nonnés. Reconterent assés des lor. Prodoume estes et renomés,

Et l'andemain quant il fu jor, 544 Si amon vostre acointement.

Et on ot armés les vassax, Et saciés bien seurement,

Si monterent sor lor cevax,
Ja mar en serés en doutance

Et quant il orent congié pris,
Ke nous en la vostre acointance 539 Si se sont à la voie mis.
Somes nous et sans contredit.“ Puis oirent un cemin ferré,
„J'ai à non Tristans qui ne rit, N'oient mie granment erré,
Ja fait il, celer ne le quiert.

K'il ert encore assés matin
Segnor, si vous pri et requier

K'il trouverent un forc cemin Par amor et par gueredon

Si com Tristans conté lor ot. Ke vous me creantés un don.

Et li uns des cemins aloit,

545 Et je ne vous requerrai mie

Si com Tristans dit lor avoit, Ne outrage ne vilenie.

Là à Goumeres atendoit, Ja mar de ce paour arois.“

Et li autres au castel vait „Par foi, fait il, ce est bien drois 540 U li orgellox crier fait, Ke nous facons vostre plaissir, Ke il a mort Gavain sans faille.

[blocks in formation]
« PreviousContinue »