Page images
PDF
EPUB

Se j'eüsce une bone route. 386 Sire, font il, comment qu'il cie, Car tantost com je le veïsse,

Quant nous l'avons issi enpris, Isi grant calenge i meïsse,

Nous en serons u mort u pris, Que bien parust qu'ele fust moie. U nous vous rendrons vostre amie.“ Et ja soit cou que je seul soie,

Li chevaliers les en mercie Si vous di jou comment qu'il cie Qui à mervelle s'esjoï Ke ele ert moult bien calengie. De la pramesse qu'il oï: Si sai moult bien, quoi que jou die, „Segnor, fait il, Dix vous en oie, Que jou nen souferroie mie.

Que rendre me puisciés ma joie 392 Nonques ne fu nul chevalier,

Dont j'ai esté lonc tans en paine. Neïs Rollant et Olivier,

387 Cil qui d'onor faire se paine, Ki peüst soufrir tel estor,

Dix li refait au cief del tor Que il n'en fust au cief del tor, À son besoing joie et bonor; Se mervelle n'est, mort u pris. N'il n'ert ja tant desavoiiés, Mais je l'ai en tel guise pris,

Que il ne soit tost avoiiés. Que c'est la fin, u jou morrai

Car Dix le secort et avoie.“ U jou m'amie rescourrai.“

Lors se sont tot mis à la voie „Espinogre, fait lors Gavain:

Por aler en ceste besogne. Moult est le chevalier vilain

„Sire, se ja Dix bien me dogne 395 Et outragex, qui autre voit

Fait damoisele à Gavain, D'amor de si tres grant destroit, 388 Il m'est prise si tres grant fain Si nel secort à grant besoing.“

Ke me verrés ja esragier, „Sire, fait il, pas ne m'essoing, Se je n'ai moult tost à mangier. Se vous i volés entremetre,

Si vous di tot seürement, Que men pooir i wuelle metre. Que se je n'ai delivrement Car je sui vostres par raison; Une piece de pain au mains, N'il n'i puet avoir ocoison

Que je mengerai ja mes mains; De quanque vous vaurois enprendre, Conques rien si grant faim nen ot.“ Ke bien nen welle mon fais prendre. À Gavain mervelles desplot, 394 Ja nen serai vers vous escis.“

Quant il oï teste novele Lors li ont anbedui pranis, 389 Lors a dit à la damoisele: K'à cel besoing li aideront.

„Bele, fait il, por Diu vous pri, Et li chevaliers lor respont:

Nous ne porrions trouver ci „Segnor, fait il, les vos mercis. Riens el monde por nul avoir, Se mes outrages vous ai dis

Qui nous peüst mestier avoir; Que j'ai enpris par m'aatie,

Et vous savés, que par raison Comparer ne les devés mie;

Ne puet avoir nule ocoison, Ne jou de cou ne vous requier, K'il nous couvient tuit dex aidier Se jou mon outrage requier,

Orendroit à cel chevalier, 395
Dont jou ne me puis departir, Car nous li avon convenant.
Ke vous pas i dugiés partir. 390 Si ne seroit mie avenant,
Car ce seroit moult grant damage, Quant convenencié li avon,
Se uns de vous par mon outrage K'à ce besoing li falison.
Que j'ai par ma folie enpris,

Ki ensi fali li aroit,
Ert de ceste oeuvre mort ne pris.“ Dès que le pule le saroit,

Quant c'oi mon segnor Gavain Lo reproce en seroit toudis.
Qui de grant francisse estoit plain, Gardés que ne me soit de pis,
Lors en a moult grant pité prise, Et que n'i aie deshonor;
Ke il set bien que par francise Por "le francise et por l'onor

396 Les ensengne il et escuse,

Que vous avés en moi trové, Et lor secours por cou refuse,

391 Tox jors vous seroit reprové, K'il crient que ne lor en mescie: Ceste oeuvre, s'il estoit seu

3861. Car ca tantost com je le veisse. 3865. cue. 3887. vau enprendre. 3895. masatie. 3907. Lors len est moult grant petés prise. 3911. Kil crient qua lui lor en mersie. 3921. ja. 3949. tan.

Ke vous li eüsciés neü.
Je vous pri, qu'il ne vous desplaise,
Et que soufrés vostre mesaise,
Tant que ceste ouvre soit passée.“
„Je n'iere tant fole provée,
Fait ele, que je par mon gré
Ceste parole si vous gré, 397
Et que je tox jors mix ne veulle
Autrui anui, qui que s'en duelle,
Et auquel desplaisse de rien,
Que je ne vauroie le mien.
Ne cuidiés

Et cil qui plus couvient amer,
Et qui plus est d'amour en painne,
Et cil qni tox jors plus se painne 402
Deservir le à volenté,
Et plus en est entalenté,
Et plus lor fait bien et honor,
Plus se repent au cief de tor.

A autre ouvre li cuers me tire,
Revenir wel à ma matire,
Car assés ai de femmes dit;
N'il n'i a mais nul contredit
Que en i ait se petit non
Qui ne soient de tel renon. 403
Espinogres, fait Gavains lors,
Or m'est bel ke avés II cors,
Cascuns de nous en a un buen
Sonés le vostre et il le suen,
Tant que on l'oie IIII mos,
Et je vous suirrai les galos,
Dès que j'arai tant esploitié,
Ke la pucele ara mengié.
Mais ains m'estuet tant porcacier,
Que la pucele ait à mengier, 404
Ke jou face nule autre rien.“
„Nous le veon, fait il, moult bien.
Que ne puet pas autrement estre.“
Lors tornent un peu à senestre
Entre Gavain et la pucele,
Si errerent une sentele,
Tant qu'il sont au castel venu,
Ki n'ert pas clos de pel agu,
Mais de haut mur et de fossé.
Si ot un grant bos adossé 405
Et un plaiseis tout entor
Ki clooit le baile et la tor,
Si qu'il n'i ot fors une entrée.
La pucele est laiens entrée,
Ki bien couniscoit le paīs,
Et cil qui nen ert pas nais,
Ne nul homme n'i connissoit,
Entra par la porte tout droit.
Si ala vers le tor à mont,
Tout à ceval passa le pont, 406
Saus ce que nul home veist
Ki de rien li contredeist.
La pucele remest defors;
Et cil qui sans non estoit lors,
Entra tantost dedens la sale.
Un doublier qui n'ert mie sale,
Mais blanc que sor la glace nois,
Vit estendu desor un dois.
Une coupe ot desus d'or fin
Toute plainne de moult bon vin. 407
Blans gastiax, gaufres et pastés,

pas que je me me faigne,
Et que li fains ne me destraigne
Gregnor que ne die encor.
Ki me donrait vc mars d'or
Por soufrir dusque vers midi,
Sor ma loiauté le vous di, 398
Ne porroie je soufrir mie.
Et ce sera grans vilenie,
Quant je sui ci en vostre garde,
Se g'i muir par vostre mesgarde.
Sire, fait ele, je vous di,
Que j'ai autrefois esté ci;
Si vi ci devant un castel,
Un petit outre ce vaucel;
Il n'i a pas liue et demie.
Onques en toute vostre vie 399
De beles tors, de rices sales
En Engleterre ni en Gales
Nen veïstes seulement sis
Qui si fuscent à droit assis.“
Mais j'ai aillors m'entente mise,
Que à dire vous la devise,
Si com cele le devisa,
Car ele dist et raconta
Moult tres bien, quant ele le vit,
Et si li a conté et dit,

400
K'il siet dedens un plaisceis,
Et que li castiax est garnis
De quan que il couvient à prodome.
„Li asnes ciet par la sorsomme,
Fait Gavains, c'ai os retraire,
Mais or voi qu'il le mestuet faire,
Et k'à vous aler me couvient,
Quant issi à plaiscir vous vient.“
Salemons dist en un sien livre,
Que cil n'est pas del tot delivre 401
Ki conpaignie à femme prent;
Que cil qu'ele tient et souprent,
Puis qu'il est soupris de s'amor,
Moult' a de quoi faire clamor.
S'il avoit seul itant de cuer,
Qu'il s'en osast plaindre à nul fuer.
Mais nus ne s'en ose clamer.

3994. que.

4016. anus.

4025. A a autre. 4033. duen.

4052. baise.

„Ja n'en venrés issl à cief,
Fait uns nains qui devant li sert,
On dist que ses paroles pert
Souventes fois qui cort à ciens.
Ja n'esploiterés vers li riens,
Je connais moult bien sa maniere,
Par francise ne par proiiere;

413
Mais par orguel et par forfait
Seront tot vostre plaiscir fait.
Dités moi, qui en cort hantés,
N'est par orguel orguex dontés ?
Metés orguel encontre orguel,
Jel vous lo ensi et jel weul.
Quant vous avés si grant besoing,
La viande n'est mie loing:
S'en poés à grant plenté prendre.“
„On doit moult douter à mes-

prendre 414 Et je crienbroie trop mesfaire, Sel voloie si en pais faire, Fait cil sans non, se je peusce, Que jou sen mal gré nen eusce.“ „Ce n'iert, fait lui li nains, jamès.“ Et il est lors alés plus près, Si prist un pasté et un pain Et un lardé à l'autre main. Dont l'escuele ert toute plaine. Et li nains par le frain l'en maine 415 A la pucele qui l'atent; Et il la viande li rent. Si li prie de soi haster, Car nert loisour de sejorner. Grans mestiers ert qu'il se hostast, Et grans besoins que il alast A la rescouse au chevalier À cui il doit en oirre aidier, Si com li a en couvenant. Et celi li dist maintenant 416 „Sire, dist el, se Dix me voie, Je serai moult tost à la voie À vous, mais il m'estuet penser Ancois de ma vie tenser; Tant j'ai en grant espreuve esté. Cest mangier, qu'il ert apresté, M'a rendu à estrox la vie. Nel tenés pas à vilonie De mes grans besoins amentoivre, Il m'esteüst avoir à boivre. 417 Je sui de si grant soi souprise Qui dès ja wi matin m'est prise, Que je ne le puis endurer; Si ne poroie pas durer

»

Poivrecant i vit et lardés
Dedens une blance escuele.
Et si vit une damoisele
Ki au disner estoit assise;
Et se biauté puet sans francise
Nule damoisele amender,
Dont se puet ele bien vanter,
Conques nature ne pot faire
Plus bele, s'el fust debonaire. 408
Mais tant ert orgellox et cointe (?)
Que nus qui de lui fust acointe,
N'en peust bien dire à nul fuer.
On aime le cors quant u cuer
A cortoisie et loiauté.
Si vous di bien par verité,
Ke orguel a moult malvais oste.
Biautés qui à orguel s'acoste
Est en maint lieu toute perdue.
Et li chevaliers le salue

409
Moult bonement, si li demande,
Que li doinse de sa viande ;
Or entendés, fait il, pucele,
Là hors a une damoisele,
Tout à ceval en cele cort;
Et se on tost ne le secort
Et on à mengier ne li porte,
Ja mais n'istra de cele porte;
Ains sera morte sans retor.
Ele est à devant cele tor. 410
Ele vous prie par francise,
Par gueredon et par seruise,
Que vous m'aidés à cest besong.“
„Sire, se je ja rien vous dong,
Dont soie je, fait ele, honie.
Ains me sanle grant estoutie;
Si estes moult outrecuidiés,
Quant vous seulement le cuidiés,
Que je doie por vous rien faire.
N'estes pas de si grant afaire, 411
Que s'en penser le deüsciés.
Malvais apel i eüsciés,
Se mes frere fuscent ci tox,
Dont jou ai VII hardis et prox;
Mais il sont en cele forest.“
„Pucele, fait il, si vous plest,
Ke je por un moult petít don
Vous doie un bien grant guerredon,
Il ert moult bien guerredonés,
Se vous seulement me donés 412
Un seul gastel et un pasté.“
„N’ert pas issi le mien gasté,
Fait la pucele, par mon cief!"

4080. sele. 4088. qui orguel sacoste. 4089. lie. 4093. fait pucele. 107. outrecuidie.

4141. Et je crienberoie trop mesfaire. 4150. nais. 4160. Et celi dist maintenant. 4172. des je.

4125. que.

Longement, se ne bevoie;
Et j'ere moult tost à la voie
O vous, dès que j'arai beü.“
Lors est cil sans non esmeü
Qui n'i estut autre proiiere.
Si revient en la sale arriere, 418
Puis vait au dois la coupe prendre.
Mais quant il i vaut la main tendre,
Cele qui ert au dois asisse,
A ains de lui la coupe prise,
Si li a moult fierement dit:
„On i meïst ja contredit
Et u vin et en la viande,
Si cil qui sont en cele lande
Et en cel bois en lor deduit,
Fuiscent ens en la sale tuit; 419
Mais or m'avés sole trouvée,
Si avés sor moi esprovée
Vostre proece, grant bonor
Vous est à faire deshonor
A une seule damoisele.“
Et li nains par ire l'apele
Si li dist: „Sire chevalier!
Ja n'avés de li sans dangier
Vaillant un seul quartier de pain."
Cil prist la coupe en sa main, 420
Vuelle u ne welle, si l'en porte
Celi qui l'atent à la porte,
Et l'autre qui siet à la table
Li dist: „Il n'est pas bien raisnable,
Sire vassal! ne bien apris
Qui ci avés sor mon pais pris
Mon mengier. Se cil fust en vie,
Cui tout le monde avoit envie
Por le bien qui en lui estoit,
J'en eüsce encor moult haut droit. 421
Abi mors! tant par es c'astoxe,
Felenesse et contralioxe,
Que ja n'espargneras prodome,
Na damoisele dus q'à Rome,
Ne de là dusques en Espaigne,
Ki esgarée nen remagne!
Abi! abi! dist el, Gavain!
Ne fust pas traite de ma main
Ma coupe, se vous fuisciés vis,
Ne mon mengier devant moi pris. 422
Je n'en eüsce nul regart.
Or n'est il mais qui nos resgart,
Ne qui i mete contencon.“

Cil qui n'ot soig de sa tencon
A au nain la coupe livrée.
Et cele qui s'ert delivrée
Et de le viande et del vin

Se rest o lui mise au cemin.

Il n'ot mie gramment alé Puis qu'il ont le pont avalé, 423 K'il ont trouvé le chevalier Qui li ot doné le destrier A la crois, et le palefroi Atout le sele et tout l'agroi, Dont il avoit moult grant besoing. Si tint l'esprevier (sor) son poing Ke li avoit ileuc donné, Et si estoit si bien armé Et si à droit qu'en nule terre Plus acesmé n'esteist querre.

424 Il le salue, si li quiert, Com cil qui à besoig le quiert, C'or li rende le gueredon; Et si li amentoit le don Dont li gueredons est deus; Et s'il n'est orendroit rendus, Et il veut tant ne quant atendre, Ja mais n'ara pooir de rendre: „Si vous dirai, fait il, porquoi. Au castel est lassus tout quoi. 425 Il n'i a orendroit nului Qui faire nous peüst anui. Li cbevaliers de laiens tuit Sont en cel bos en lor deduit. J'en sai tres bien wi la novele. Et laiens a une pucele Dedens cel castel enfremée, Que j'ai plus de trois ans amée. Si vous pri que le me dounois.“ „Par foi, fait il, ce est bien drois 426 Que vous l'aiiés, se onques puis. Et se je el castel le truis, Ja m'en trouverés tout loial.“ Lors torne arriere le ceval; Si revint arriere en la sale Et cele qui forment le male, (?) Par parole, et moult le maudit, Li a moult estoutement dit: Que mal i soit-il retornés. Et il est lors vers li alés, 427 Si l'a par le destre bias prise, Puis si l'a devant lui asise Sor son ceval, puis si s'en torne, En la sale plus ne sejorne. Et cele qui tenrement pleure, Le maldist et si prie et eure Que de mal entente li doigne. Et quant ele voit qu'ele esloigne, Et qu'ele est ja hors de la porte, A mervelle se desconforte. 428

4177. ara. 4179. estue. 4199. quartie. 4202. qui len atent. 4204. Li dist nest pas. 4222. desgard. 4237. ki. 4253. luens. *4255. tres ge.

Lors tort ses poins et brait et crie Jou afi volentiers et gré,
Et dist en haut aïe! aïe!

Se lui plaist, que à vous me doigne. „Lasse, fait el, tant Dix me het Et si li pri qu'il me pardoigne, Aimmi lasse! que or nel set

Et que il pas ne prenge à pris Mon frere, le prox Codrovain! Cou que tant ai vers lui mespris.“ Abi! ahi! dist el, Gavain!

„Bele, fait il, jel vous pardoig. Tant avons de cou grant damage! Mais tant i a, que je vous doig 434 Ja ne fust pensé cest outrage, À ce chevalier qui vous tient, Cest grant orguel et cest forfait, Ma damoisele, et si couvient Ke cis chevaliers m'a ci fait, 429 Que de cou que je vous ai fait, Se vous fuisciés sain et delivre. Car je sai bien que j'ai mesfait, Et il toutes voies le livre.

Que me pardonés le mal gré.“ Et tent à celui qui tant l'aime. „Sire, fait ele, jel vous gré.“ Et ele tot ades reclaime,

Ses freres qui oïe l'ot Et si afice cou et jure,

Al ancois que il onques pot, Que ja ceste grant desmesure Est venus au castel poignant. Ne fust faite, se il vis fust.

En la cort trova un sergant,

435 Uns siens frere qui à un fust Si li demande qui faisoit Estoit lors afustés por traire

La noise que oïe avoit. Qï la damoisele braire.

430 Et cil sans nule morée A grant paine l'a tresoïe,

Li a la verité contée,
Et la pucele autre fois crie,

Onques ne l'en menti de riens.
Il ne set quoi, car trop est loing, Or n'est mie cis païs miens,
Mais bien entent qu'el a besoing, Fait il, se il l'en maine issi.“
C'ert Codrovain qui reclamoit. Eramment d'une estable issi
Et li chevaliers qui l'amoit,

Moult vistement un sien vallet,
Qui or la tient en sa baillie,

Si li tramist le gringalet, 436 Li a dit: „Bele douce amie

Si li mist le frain et le sele;
Je sui Ragidel de l'angarde;

Puis monta en une torele
Et puis c'or estes en ma garde 431 Qui ert desus le maistre porte,
Moult en devés grant joie avoir. Moult delivrement li aporte
A escient poés savoir

Son escu, s'espée et sa lance.
Que je sui ci li vostre amis.

Et il bors del baile se lance, Ja m'avés vous tox jors pramis, Dès qu'il fu montés el destrier, Que vous n'amiés rien fors moi. Ki estoit icel chevalier Se on vous croit par vostre foi, Qui laisca Gavain o sa mie Que j'en ai de vostre main destre, U bois par sa grant jalousie, 437 Dont en doi jou a seur estre.“ Et qui lor cevax en mena. Quant la damoisele l'oï,

De l'esploitier tant se pena, A mervelle s'en esjoï.

432 Puis qu'il fu du castel iscus, Dont a dit: „Sire chevalier!

K'il a les chevaliers veüs À qui je veai mon mengier,

Et les damoiseles ensanble; Je vous en dois gage en merci, (?) Et se il ja nes desasanble, Et de cest oeuvre vous merci; Et il ne depart cele route, Car moult m'avés à gré paie.

Et desconfist vistement toute, J'estoie or forment esmaie,

A cou qu'il est chevaliers buens Moult dolante et moult esgarée, Et li cris du païs est suens,

438 Çar je quidoie estre livrée

Il ne se prisce un angevin. A home que je pas n'amasse.

Cil sans non l'oï le cemin Jamais à nul jor ne mangasse,

433 Venir poignant par mi un val, S'il me fust issi avenu.

Et quant il counut le ceval Bien soit cel chevalier venu

Que li chevaliers cevaucoit, Ki si m'a wi paie a gré.

Onques si grant joie n'en ot.

4287. de cous.

4305. qui.

4326. Cestoie.

4283. ele. 4286. ele. 4342. que je tient.

« PreviousContinue »