Examen de la philosophie de Bacon: où l'on traite différentes questions de philosophie rationnelle

Front Cover
[etc.] J. B. Pélagaud, 1860 - 57 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 182 - J'ai quelquefois aimé; je n'aurais pas alors Contre le Louvre et ses trésors, Contre le firmament et sa voûte céleste, Changé les bois, changé les lieux Honorés par les pas, éclairés par les yeux De l'aimable et jeune bergère Pour qui sous le fils de Cythère Je servis engagé par mes premiers serments.
Page 11 - Ils ont fait secte ; c'est-à-dire que l'orgueil national n'a pas dédaigné de marcher à la suite de l'orgueil individuel qui s'annonçait comme un grand inventeur. Dans le fait cependant ces mots ne sont que des illusions ; car il ne peut y avoir de nouvelle science de l'intelligence, ni surtout de nouvelle méthode pour découvrir. L'orgueil peut...
Page 22 - En effet les raisonnemens sont composés de propositions, les propositions de mots , et les mots sont les signes de nos idées. Les idées, voilà donc le pivot de tout l'art de raisonner, et tant qu'on n'a pas développé ce qui les concerne, tout est de nul usage dans les règles que les logiciens imaginent pour faire des propositions, des syllogismes et des raisonnemens.
Page 227 - L'eau, en circulant au hasard dans les entrailles de la terre, arrive enfîn, sans trop savoir pourquoi, jusque dans certaines cavités obscures et profondes où elle gèle misérablement; à la fin, cependant, lorsqu'elle a demeuré longtemps dans cet état , sans espoir de chaleur , elle prend son parti et ne veut plus dégeler : et voilà ce qui fait le cristal de roche. — Ce que c'est que l'habitude ! » Pourquoi dans les années pestilentielles y at-il beaucoup de mouches , de grenouilles...
Page 52 - Organe; car je ne crois pas qu'il existe ni chez les anciens , ni chez les modernes , aucun ouvrage de philosophie rationnelle qui suppose une force de tête égale à celle qu'Aristote a déployée dans ses écrits sur la métaphysique, et nommément dans ses Analytiques. Ils ne peuvent manquer de donner une supériorité décidée à tout jeune homme qui les aura compris et médités. Le style, toujours au niveau des pensées , est étonnant dans la plus étonnante des langues.
Page 69 - Il ya une grande analogie entre la grâce et le génie ; car le génie est une grâce. Le véritable homme de génie est celui qui agit par mouvement ou par impulsion, sans jamais se contempler, et sans jamais se dire : Oui .' c'est par mouvement que j'agis.
Page 12 - L'orgueil peut seulement donner de nouveaux noms à d'anciennes notions, et l'ignorance ou l'inapplication peuvent prendre ces noms pour des choses. Il faut ajouter que les inventeurs de ces noms font un très-grand tort à la science, en ce qu'ils la divisent, an lieu de la réunir.
Page 294 - Versions of bodies into other bodies. Making of new species. Transplanting of one species into another. Instruments of destruction, as of war and poison.
Page 287 - Bacon avait l'esprit éminemment faux et d'un genre de fausseté qui n'a jamais appartenu qu'à lui. Son incapacité absolue, essentielle, radicale dans toutes les branches des sciences naturelles. DE MAISTRE. Examen de la philosophie de Bacon, t. I, p.

Bibliographic information