Monnaies féodales françaises, Volume 1

Couverture
Rollin et Feuardent, 1882 - 413 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 328 - ... rons tous autres qu'il obéissent et entendent auxdis con», servateurs, capitains, connestables dessus dis et à leur » députés et à chascun d'eux. En tesmoing de laquelle chose, » nous avons fait mettre nostre scel à ces présentes lettres.
Page 19 - ... années. Nous présenterons aussi quelques attributions nouvelles. « La première chose à constater, dit Fillon, en mettant le pied dans ce prétendu dédale de la numismatique bretonne, est le point de départ du monnayage féodal de la province. Ce point de départ fut le type de Charles le Chauve immobilisé aussitôt après le triomphe de la révolte d'Erispoë en 852. A dater de ce moment, il fut seul employé jusqu'au commencement du xi...
Page 68 - X, prescrit aux gens de ses comptes de ne point troubler les doyen, trésorier et chapitre de Saint-Martin, dans l'exercice du droit de frapper une certaine monnaie, droit qui leur avait été...
Page 163 - Le prince, debout et de face, dans un navire; il est couronné, porte de la main droite une épée, et de la gauche un bouclier aux artnes de France et d'Angleterre.
Page 338 - Le nom de Champagne, dit M. Caron, ne désignait d'abord qu'une contrée et non une circonscription politique. Sous les Carolingiens et sous les seigneurs de la maison de Vermandois, il n'y avait pas de comté de Champagne ; il y avait des comtes de Troyes et Herbert II devint le premier comte de Meaux ; lui et son fils Etienne sont appelés comtes de Troyes et Meaux. Ce ne fut qu'après la mort de ce dernier, mort sans...
Page 149 - Bulletin de la Société des Lettres, sciences et arts de la Corrèze (Tulle, Musée du Cloître ; imprimerie Crauffon, puis Juglard ; fondée en 1878 ; table dans la 2
Page 20 - L'empreinte de Charles le Chauve subit, on le conçoit, en un pareil laps de temps, de nombreuses modifications. Jusqu'à la seconde moitié du Xe siècle, elle se conserva néanmoins presque pure ; mais elle éprouva alors des changements essentiels tout en gardant' ses éléments constitutifs. » La plus ancienne altération porte sur les légendes des deniers carolingiens ; leGRATIA Dl REX devient GRATIA D- RIX, GIATAI DRIX, etc.; le REDONIS CIVIS devient RIDONIS CIVIS. RIDOIIISC, puis enfin VRBIS...
Page 29 - VT et la croix. Ce denier n'est ni une contrefaçon ni un essai. C'est la première transition portant au droit le type breton à la croix ancrée, et au revers la légende et la croix du denier tournois.
Page 58 - Le titre des monnaies d'argent se divisait en 12 deniers de 24 grains, de telle sorte, par exemple, que la pièce à 3 deniers d'argent-le-Roi contenait le quart de son poids d'argent-le-Roi. Le titre des monnaies d'or se comptait en karats, de telle sorte que l'or fin était dit à 24 karats. Si, par exemple, l'ordre était donné de frapper des espèces d'or à 23 karats seulement, le 24° karat, c'est-à-dire le 24* du poids de la pièce, était formé d'un alliage par moitié d'argent...
Page 258 - Dans l'impossibilité où je me trouvais depuis longtemps, nous at-il dit, d'uriner autrement que goutte à goutte, j'ai pris l'habitude, quand je me trouve dans un lieu public et fermé où je ne peux satisfaire à tout moment mes besoins pressants d'uriner, de déboutonner mon pantalon et de laisser...

Informations bibliographiques