Nouvelle collection des mémoires pour servir à l'histoire de France: depuis le XIIIe siècle jusqu'à la fin du XVIIIe; précédés de notices pour caractériser chaque auteur des mémoires et son époque; suivi de l'analyse des documents historiques qui s'y rapportent, Volume 2

Front Cover
L'Editeur du commentaire analytique du code civil, 1837 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 191 - Mes chemises sont toutes déchirées, mes pourpoints troués au coude, ma marmite est souvent renversée, et depuis deux jours je dîne...
Page 297 - pour des sottes fantaisies que des gens que je sçay « bien vous mettent en la teste , perdre le meilleur « et plus loyal serviteur que j'aye jamais eu , qui n'a « rien fait que de mon sceu et pour mon bien , mon « honneur et vostre propre advantage ; et n'estant pas « si beste que de me vouloir faire croire le noir pour « le blanc , comme aussi ne suis-je pas si sot que de « me laisser ainsi mener par le nez ; et partant veux...
Page 191 - ... dire l'état où je, me trouve réduit, qui est tel que je suis fort proche des ennemis, et n'ai quasi pas un cheval sur lequel je puisse combattre, ni un harnais complet que je puisse endosser.
Page 319 - ... suffisant pour citer un homme qui avoit tant de courage et si bonne espée , et qui pouvoit tousjours produire en toute occasion trente mil hommes bien armez , et trente canons pour maintenir son dire; mais que neantmoins , puis qu'ils s'arrestoient tant à cette vaine formalité , s'il l'aimoit autant qu'elle faisoit luy, il ne devoit pas faire difficulté de les satisfaire en cela , se...
Page 176 - que pour l'entière et parfaite cognoissauce et « confiance que nous avons de la personne de « nostre cher et bien aimé conseiller eu nos con...
Page 340 - ... toute confiance de valeur, et ayant plusieurs braves hommes dans l'armée où vous commandez maintenant, vous leur deviez commettre ces choses remplies de tant de dangers : partant...
Page 95 - Sire, ces messieurs qui vous ayment plus «que leur vie, m'ont prié de vous dire, qu'ils « ont appris des meilleurs ci pleines, et de vous « plus souvent que de nul autre, qu'il n'ya point « d'entreprise plus imprudente et moins utile à « un homme de guerre , que d'attaquer estant « foible à la teste d'une armée.
Page 308 - Mon amy, je ne pensois vous dépescher mon cousin de Rohan qu'à ce soir ; mais ayant appris de ma femme, au retour du promenoir, que madame de Sully estoit...
Page 308 - ... sans en demander permission au Roy ny à ses magistrats , et que les ministres et docteurs des princes et pays estrangers y pourroient estre admis , comme , au semblable , ceux de France aller en tous synodes estrangers , le parlement en vint faire de grandes plaintes au Roy, luy remonstrant qu'en cela son authorité royale estoit grandement lezée , ses magistrats mesprisez , le royaume privé de ses anciens droits , et la liberté donnée à ses subjets , d'aller faire telles menées et pratiques...
Page 318 - ... une seureté à mes affaires, à mes titres et à ma condition et forme de vivre (car je veux achever le reste de mes jours en repos de corps et tranquillité d'esprit), en quoy~ le Roy et vous pouvez tout, je m'accommoderay à tout ce qui sera convenable et que vous mesme me conseillerez.

Bibliographic information