Histoire de Gigny ... de sa noble et royale abbaye, et de saint Taurin, son patron

Front Cover
F. Gauthier, 1843 - 824 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 273 - Ses armoiries étaient d'or, à trois chevrons de sable , au chef d'azur chargé d'un lion naissant, d'argent.
Page 778 - ... routes , soit par l'extraction des matériaux qui doivent y être employés. Si la nécessité du service public les oblige à céder leur propriété , il est juste qu'ils n'en souffrent aucun dommage , et qu'ils reçoivent le prix de la portion de cette propriété qu'ils sont obligés de céder. A ces causes , etc. , de l'avis de notre Conseil, etc. , Nous avons , par le présent Edit perpétuel et irrévocable , dit , statué et ordonné , etc.
Page 431 - Fête-Dieu, et un anniversaire pour le repos de son âme et de celles de son époux et de ses parents , moyennant une rente perpétuelle de 40 sols, à percevoir sur le puits du comte de Bourgogne, en la saunerie de Salins. 9.
Page 344 - On ne pourra non plus leur contester d'avoir été , pendant le moyen-âge , les gardiens des lumières et des lettres , de la langue et de la civilisation latines , et d'avoir conquis la vénération des peuples à force de supériorité et de science , en opposant la pureté à la corruption des mœurs , la pauvreté à la richesse , la soumission à une indépendance sans frein.
Page 352 - ... le travail, la cuculle à l'église et hors de la maison. Depuis, les moines ont regardé le scapulaire comme la partie la plus essentielle de leur habit. Ainsi ils ne le quittent point, et mettent le froc ou la coule pardessus.
Page 194 - Les belles-lettres, disait-il, sont de l'argent aux roturiers, de l'or aux nobles, et des diamants aux princes. Il mourut le 11 février 1513, et fut inhumé dans l'église de Sainl-Pierre-ès-liens, où Michel-Ange lui fit un mausolée qui est l'un des monuments les plus célèbres de l'Italie. ?i«.
Page 360 - S'il reprenait ou remontrait quelque chose, l'abbé recevait ses avis ; et si l'on était édifié de sa conduite, on le priait de demeurer dans le monastère, et il était au pouvoir de l'abbé de lui donner un rang un peu plus élevé , s'il l'en trouvait digne. Mais l'abbé ne devait jamais admettre un moine d'un autre monastère connu , sans le consentement de son abbé, ou sans lettres de recommandation.
Page 188 - Fig. 8. plein ceintre , comme dans tous les monuments de la fin du quinzième et du commencement du seizième siècle. La...
Page 33 - ... ils ne tardèrent point d'obtenir leur pardon dans un acte qui contenait leurs soumissions et leurs excuses. Une autre division, non moins sérieuse, s'éleva entre Cluny et l'abbaye de Baume, au comté de Bourgogne. Celle-ci n'avait jamais accepté sans résistance et sans modification l'autorité suprême de l'abbé de Cluny; et une grande rivalité avait toujours régné à ce sujet entre l'abbé clunisois et l'archevêque de Besançon. Bertrand voulut, en 1297, aller visiter le monastère...
Page 351 - Màcou , on y faisait preuve de huit quartiers , dont quatre du côté paternel et quatre du côté maternel.

Bibliographic information