Journal des operations de l'armée américaine lors de l'invasion du Canada en 1775-76

Couverture
E. Senécal, 1871 - 43 pages
0 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Aucun commentaire n'a été trouvé aux emplacements habituels.

Pages sélectionnées

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 5 - AMÉRICAINE. 5 ordonna même que les reliques de St. Clément et St. Modeste qui reposaient dans notre église, seraient descendues, vu qu'on avait plusieurs fois reçu des preuves évidentes du crédit que ces grands saints ont auprès du Seigneur, ainsi elles furent descendues, et on fit une procession où elles furent portées par M. le Grand-Vicaire et le Révérénd Père Isidore, curé de cette ville, nous partîmes de la paroisse en chantant l'hymne Sanctorum mentis. Nous nous rendîmes chez...
Page 15 - Dans le cours de ce mois, le frère Alexis, Récollet, au couvent de Québec, est arrivé dans cette ville, il nous assure que les gens de Québec ne manquent point de vivres et très peu de bois ; il a été pris prisonnier ici par M. Price, sous suspicion ; deux autres frères qui étaient sortis avec lui de Québec ont été aussi pris et on les a mené tous trois à Montréal. Le 8 Février, il est arrivé en cette ville un détachement pour en prendre possession, sous le commandement du capitaine...
Page 9 - Papillon, avant que de débarquer du bâtiment, il a envoyé un bateau pour savoir s'il y avait des Bastonnais en cette ville ayant été averti qu'il n'y en avait point il descendit avec quelques-uns de ses officiers et sol dats, il a fait embarquer toutes les vivres du roi, les fournitures de caserne et même a fait prendre jusqu'à la poudre des marchands. 9.—Voyant qu'il n'y avait plus d'espérance ni de ressources pour nous, nous nous assemblâmes dans la maison des Révérends pères Récollets...
Page 19 - Halard pour dire au commandant qu'il était allé à la chasse à l'orignal. quai la teneur de l'obligation en Français à tous ceux qui étaient présents ; le sieur Deschenau dit qu'il ne demandait pas mieux de signer cette obligation, mais que cela ne le mettait pas à l'abri de la malice de Traversy, qui pouvait trouver quelques coquins qu'en les payant, viendraient faire des faux rapports contre lui et que par là il se trouverait dans le cas de payer cette somme innocemment. Le commandant...
Page 43 - Les prisonniers que l'on a fait hier sont arrivés dans cette ville parmi lesquels étaient le général Thompson, son aide de camp et un colonel qui a été pris à la pointe du lac par un nommé Baiville de Laprairie et un nommé Chabot, il y avait aussi parmi ces prisonniers un nommé Langlois, capitaine des milices du cap Sante. Nous apprenons par les habitants de Machiche que depuis le jour de la bataille donnée le 8, il sort des Bastonnois du bois, qui sont blessés et qu'il y en a plusieurs...
Page 21 - ... resté trois jours dans le camp. Que le fils de M. Larivière étant sorti de Québec sous prétexte de folie, mais bien pour examiner ce qui se passait dans le camp des Bastonnais, avait été pris comme il s'en retournait à Québec qu'il est à présent aux fers aux pieds et aux mains au camp.
Page 9 - Qu'il vous plaise leur permettre d'exposer à Votre Excellence que, depuis quelques jours, ils s'attendent à voir arriver dans leur ville un détachement des troupes qui ont l'honneur d'être sous vos ordres ; et que, dans l'incertitude où ils sont si Votre Excellence serait en tête, ils osent vous supplier de vouloir bien ordonner qu'ils fussent traités aussi favorablement que ceux qui ont tombé entre vos mains, dans le cours de vos différentes conquêtes. C'est pourquoi les suppliants espèrent...
Page 8 - ... répondit : eh bien mettez, pour une vieille vous m'en rendrez une neuve, alors le colonel ordonna d'allumer le feu, quand elle vit le feu au pignon de sa maison, elle en sortit et courut vers le bois en criant : St. Eustache, préservez-moi du feu, voici une bande de bougres qui veulent me faire brûler.
Page 25 - M r ., comment voulez-vous que ces dames fassent, elles avancent leur argent pour nourrir et soigner vos soldats, et elles ne peuvent être payées. Il est impossible qu'elles puissent continuer à prendre soin de vos malades? Eh bien, m'at-il dit, dites-leur qu'elles prennent patience et qu'elles seront payées, et bien lui ai-je répondu, : je vais dire à ces dames qu'elles nourrissent vos soldats avec de la' patience, l'on verra comme ils seront bien gras ; il se mit à rire et'.
Page 14 - Royalistes) pour ôter les armes, ayant été chez M. de Tonnancourt, il n'y trouva qu'un couteau de chasse et un vieux canon de pistolet qu'il prit ; de là, il fut chez M. de Niverville, lui prit deux ou trois fusils ; chez M. Cressé, une épée à poignée d'argent, chez M. Leproust, deux fusils, je fus avertis de cette recherche, je mis mon fusil, ma corne et mon sac à plomb à sureté, mais ce fut inutilement, ils ne vinrent point chez moi. Le soir, M Loiseau étant à parler avec quelques...

Informations bibliographiques