Archives curieuses de l'histoire de France: depuis Louis XI jusqu'à Louis XVIII, ou collection de pièces rares et intéressantes... publiées d'après les textes conservés à la Bibliothèque royale, et accompagnées de notices et d'éclaircissemens : ouvrage destiné à servir de complément aux collections Guizot, Buchon, Petitot et Leber

Front Cover
Beauvais, 1834
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 22 - Louis , par la grâce de Dieu Roy de France et de Navarre, à tous présens et à venir, salut.
Page 25 - ... selon leur forme et teneur, cessant et faisant cesser tous troubles et empeschemens au contraire ; car tel est nostre plaisir. Et...
Page 189 - ... maux incurables; celui-ci prétend avoir découvert la vertu cachée de quelques simples ou de quelques pierres en poudre pour blanchir et pour embellir le visage ; celui-là assure qu'il rajeunit les vieillards. Il s'en trouve qui chassent les rides du front et des yeux, qui font des jambes de bois pour réparer la violence des bombes ; enfin , tout le monde a une application au travail si forte et si continuelle que le diable ne peut tenter personne que les fêtes et les dimanches.
Page 401 - Il se forme du côté de l'Allemagne de gros nuages : Dieu veuille qu'on les dissipe ! Ce seroit un grand plaisir pour moi de me trouver à Paris avec vous et de pouvoir vous y assurer qu'on ne peut être plus parfaitement que je le suis, Monsieur, votre très humble , etc.
Page 158 - Stato , vita , pensier, costumi et pelo , Mai non cangiai fortuna ? Les étrangers sont bien venus en ce pays-ci , pourvu qu'ils ne demandent rien. Ils n'y ont autre emploi que de se divertir , et quelques-uns d'ôter la suye des cheminées , qui est le privilège des Savoyards, qu'on voit dans les rues plus noirs que les Etiopiens et plus puants qu'une synagogue. Au reste, j'ai fait le sage et quelquefois le fou , qui n'est pas un petit secret pour se faire aimer de tout le monde. J'ai écrit et...
Page 171 - Le vin est à un prix médiocre quand il est aux portes de la ville , mais d'abord qu'il est entré il se change en or potable; une petite mesure vaut plus à Paris qu'un baril à la campagne ; les riches trouvent cette liqueur plus chère que les autres, qui l'achètent à mesures comptées dans les tavernes. Les taverniers sont en si grand nombre qu'ils peupleroient une grande ville ; ils sont presque tous saints, par la vertu qu'ils ont d'augmenter cette liqueur en changeant l'eau en vin, c'est...
Page 330 - II s'attache d'abord à faire voir que cela n'est pas à craindre, et voici ce qu'il ajoute : « II est certain, dit-il, que souvent les prophéties supposées ou véritables ont inspiré à ceux pour qui elles avoient esté faites les desseins d'entreprendre les choses qui leur estoient promises.
Page 165 - ... et en vivacité toutes les femmes du monde , et cela fait qu'elles ont la facilité de persuader, de gagner tout à elles et de ne perdre jamais rien. Elles ont aussi le privilège de commander à leurs maris et de n'obéir à personne. La liberté de ce sexe est ici plus grande que celle dont jouissent à la campagne Jes Arabes, qui ne couchent jamais le soir dans le lieu où ils se sont levés le matin.
Page 396 - Quelle douceur pour vous et pour elle de mener ensemble une vie pieuse et tranquille , de prier le Seigneur que vous avez à votre porte , de parler quelquefois du monde , dont les nouvelles vont jusqu'à vous, d'avoir le plaisir de vous trouver sans avoir la peine de vous chercher , et d'être enfin, ce qu'on appeloit autrefois, des amies de toutes les heures! Jouissez long-temps l'une et l'autre d'un repos que le ciel vous donne et que vous avez mérité, et faites-moi la grâce de souhaiter, ou...
Page 179 - L'or et l'argent sont devenus si communs, comme j'ai déjà dit> qu'ils brillent sur les habits de toutes sortes de personnes , et le luxe démesuré a confondu le maître avec le valet , et les gens de la lie du peuple avec les personnes les plus élevées. Tout le monde porte l'épée, ce qui les rend tous soldats, et Paris ressemble à l'eutopie de Thomas Morus , où l'on ne distinguoit personne.

Bibliographic information