Histoire politique des Etats-Unis depuis les premiers essais de colonisation jusqu'à l'adoption e la constitution fédérale 1620-1789: Tom. Ier

Front Cover
Ch. Lahure, 1855 - United States - 532 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 69 - ... de vous citer ses paroles prophétiques ; car cette gloire politique nous appartient. Tout en acceptant la guerre avec les Anglais pour affranchir l'Amérique, M. de Vergennes ne se faisait pas illusion sur l'avenir de la nation que nous allions émanciper. « Bien loin de nous réjouir des événements, disait-il à lord Stormont, l'ambassadeur anglais, nous les voyons avec quelque peine. Ce qui vous arrive en Amérique n'est de la convenance de personne. Je vois les suites de cette indépendance...
Page 281 - soit plaidée à ce premier tribunal avant d'être portée devant la « justice. Et si l'avis de l'intendant est contraire aux habitants, ou « si leur adversaire a du crédit à l'intendance, la communauté est « déchue de la faculté de défendre ses droits. Voilà, Sire, par quels « moyens on a travaillé à étouffer en France tout esprit municipal, « à éteindre , si on le pouvait , jusqu'aux sentiments de citoyens ; « on a pour ainsi dire interdit la nation entière, et on lui a donné...
Page 281 - ... jusqu'à déclarer nulles les délibérations des habitants d'un village quand elles ne sont pas autorisées par l'intendant ; en sorte que si cette communauté a une dépense à faire...
Page 515 - C'est dans cet espace abandonné aux flexibles combinaisons de l'intelligence, que s'exerce la liberté du pouvoir social, et qu'il faut chercher la double influence des lois sur les mœurs, et des mœurs sur les lois.
Page 166 - Nouvelle-Angleterre se sont d'abord répandus dans les États voisins ; ils ont ensuite gagné de proche en proche les plus éloignés , et ont fini , si je puis m'exprimer ainsi , par pénétrer la confédération entière. Ils exercent maintenant leur influence au delà de ses limites sur tout le monde américain. La civilisation de la Nouvelle-Angleterre a été comme ces feux allumés sur les hauteurs , qui, après avoir répandu la chaleur autour d'eux , teignent encore de leurs clartés les...
Page 158 - Et, en vertu du dit acte, nous ferons et établirons telles justes et équitables lois, telles ordonnances, actes, constitutions, et tels officiers qu'il nous conviendra, suivant que nous le jugerons opportun et utile pour le bien général de la colonie. Moyennant quoi, nous promettons toute due 'soumission et obéissance. En foi de quoi nous avons signé, au cap Cod, le U novembre, anno Domini 1620 (vieux style).
Page 531 - Les églises sont des sociétés religieuses qui comprennent le peuple entier. Chaque district contient une paroisse et une église. La plupart n'en ont qu'une, et quelques-uns en ont plusieurs. Chaque paroisse a une maison d'assemblée et un ministre entretenu à ses propres dépens. Les constitutions des églises sont extrêmement populaires^ et le clergé a peu d'influence ou d'autorité, à l'exception de celles que leur propre piété, leur vertu, leurs lumières leur donnent naturellement....
Page 124 - ... corrompent l'autre , dégradent la morale politique, infectent la morale sociale et dévorent l'espèce humaine. Le système colonial, l'esclavage, les haines de l'avarice qu'on appelle haines nationales, les guerres de l'avarice qu'on appelle guerres de commerce, ont fait sortir de cette...
Page 524 - Cela est vrai, mais il faut connaître la forme de cette demande, afin que ceux qui attachent à cefa-quelque importance comprennent en quel sens elle fut faite. A mon arrivée à Paris, en octobre 1782, à l'occasion de la paix, le livre de M. l'abbé de Mably, Sur la manière d'écrire l'histoire, me tomba dans les mains. A la fin de cet ouvrage, il déclare qu'il a l'intention d'écrire l'histoire de la révolution américaine. Ayant rencontré bientôt après l'abbé à dîner chez M. de Chalut...
Page 59 - ... des établissements sédentaires et permanents; il faut, en un mot, occuper par des habitations et par la culture le terrain qu'on prétend s'approprier; tout ce qui se fait au delà est désavoué par la saine raison et ne peut se soutenir que par la force.

Bibliographic information