Histoire des guerres de la Vendée: comprenant l'histoire de la Révolution dans la Bretagne, l'Anjou, le Poitou, le Maine et la Normandie, prédédée des préliminaires de la réfolution en Bretagne (1650-1832).

Front Cover
Didier, 1851 - Vendée (France) - 648 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 466 - Les jeunes gens iront au combat ; les hommes mariés forgeront les armes et transporteront les subsistances ; les femmes feront des tentes, des habits et serviront dans les hôpitaux ; les enfants mettront le vieux linge en charpie ; les vieillards se feront porter sur les places publiques pour exciter le courage des guerriers, prêcher la haine des rois et l'unité de la République.
Page 218 - Allez dire à votre maître que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes.
Page 44 - Vous me parlez bien plaisamment de nos misères. Nous ne sommes plus si roués : un en huit jours, seulement pour entretenir la justice. Il est vrai que la penderie me paraît maintenant un rafraîchissement.
Page 448 - Ces lâches ennemis de la Nation ont, à ce qui se dit ici, épargné plus de quatre mille des nôtres qu'ils tenaient prisonniers. Le fait est vrai, car je le tiens de la bouche même de plusieurs d'entre eux. Quelques-uns se laissaient toucher par ce trait d'incroyable hypocrisie. Je les ai pérorés, et ils ont bientôt compris qu'ils ne devaient aucune reconnaissance aux brigands. Mais comme la Nation n'est pas encore à la hauteur de nos sentiments patriotiques, vous agirez sagement en ne soufflant...
Page 459 - Il était impossible d'empêcher cette confusion; les commandants y perdaient tous leurs soins. Souvent, traversant cette foule la nuit à cheval, j'ai été obligée , pour me faire un passage, de nager, pour ainsi dire, entre les baïonnettes, les écartant de chaque main ; et ne pouvant me faire entendre pour prier que l'on me fît place.
Page 384 - ... 2" Rendez à nos vœux les plus ardents nos anciens pasteurs ; ceux qui furent, dans tous les temps, nos bienfaiteurs et nos amis; qui. partageant nos peines et nos maux, nous aidaient à les supporter par de pieuses inslruclions et par leur exemple.
Page 417 - France , et dont l'acceptation, qui vous sauve, va sans doute assurer à la ville de Nantes un immense avantage et un honneur immortel. » En conséquence , nous vous invitons à délibérer et statuer que le drapeau blanc sera de suite, et dans l'espace de six heures après la réception de notre lettre , arboré sur les murs de la ville ; que la garnison mettra bas les armes , et nous apportera ses drapeaux...
Page 44 - Rennes, et défendu de les recevoir sous peine de la vie ; de sorte qu'on voyait tous ces misérables, femmes accouchées, vieillards, enfants, errer en pleurs au sortir de cette ville, sans savoir où aller, sans avoir de nourriture, ni de quoi se coucher. Avant-hier on roua un violon qui avait commencé la danse et la pillerie du papier timbré ; il a été écartelé après sa mort, et les quatre quartiers exposés aux quatre coins de la ville, comme ceux de Josseran, à Aix.
Page 42 - Vins , et quatre mille hommes : on croit qu'il y aura bien de la penderie; M. de Chaulnes ya été reçu comme le roi; mais comme c'est la crainte qui a fait changer leur langage , M. de Chaulnes n'oublie pas toutes les injures qu'on lui a dites , dont la plus douce et la plus familière était gros cochon...
Page 323 - Nantes sera livrée au pillage; une troupe immense de brigands nous enveloppe ; ils sont maîtres de la rivière depuis Paimbœuf jusqu'à Ingrande. Tous les chemins sont fermés , aucun courrier n'arrive jusqu'à nous ; nos subsistances sont pillées , la famine est au moment de nous assaillir.

Bibliographic information