Mémoires

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 358 - Ainsi , la principale application qu'on devrait avoir serait de former son jugement et de le rendre aussi exact qu'il peut l'être ; et c'est à quoi devrait tendre la plus grande partie de nos études. On se sert de la raison comme d'un instrument pour acquérir les sciences, et l'on devrait se servir, au contraire, des sciences comme d'un instrument pour perfectionner sa raison...
Page 302 - Les Origines de quelques coutumes anciennes et de plusieurs façons de parler triviales, avec un vieux manuscrit en vers, touchant l'origine des chevaliers bannerets (par Moisant de Brieux).
Page 257 - A pareil jour vint au monde un frère que je devais bien aimer, bien pleurer, hélas! ce qui va souvent ensemble. J'ai vu son cercueil dans la même chambre, à la même place où, toute petite, je me souviens d'avoir vu son berceau, quand on m'amena de Gaillac où j'étais, pour son baptême. Ce baptême fut pompeux, plein de fête, plus qu'aucun autre de nous, marqué de distinction. Je jouai beaucoup et je repartis le lendemain, aimant fort ce petit .enfant qui venait de naître.
Page 205 - Nous disons et assurons, par la teneur des présentes, que l'amour ne peut étendre ses droits sur deux personnes mariées. En effet, les amants s'accordent tout, mutuellement et gratuitement sans être contraints par aucun motif de nécessité, tandis que les époux sont tenus, par devoir, de subir réciproquement leurs volontés, et de ne se refuser rien les uns aux autres.
Page 357 - Tout ainsi que les oiseaux vont quelquefois à la queste du grain, et le portent au bec sans le taster, pour en faire bêchée à leurs petits : ainsi nos pedans vont pillolans la science dans les livres, et ne la logent qu'au bout de leurs lèvres, pour la dégorger seulement, et mettre au vent.
Page 252 - J'avais autrefois un père qui était grondeur comme Grichard*; un jour, après avoir horriblement et très mal à propos grondé son jardinier, et après l'avoir presque battu, il lui dit : « Va-t'en, coquin; je souhaite que tu trouves un maître aussi patient que moi ; » je menai mon père au Grondeur; je priai l'acteur d'ajouter ces propres paroles à son rôle, et mon bon homme de père se corrigea un peu.
Page 148 - Le peuple est petit, mais il sera grand. Dans tes bras sacrés, ô mère féconde, O Liberté sainte au pas conquérant, Tu portes l'enfant qui porte le monde.
Page 53 - En disant cela il fit tourner le roi, et je considérai ses cheveux d'hyacinthe en le caressant ; ils étaient comme des fils d'or bien égalisés et lui venaient jusqu'à la ceinture. « Sa « démarche, reprit encore le gouverneur, est aussi fort belle.
Page 309 - Liber diurnus, ou recueil des formules usitées par la chancellerie pontificale du ve au xie siècle, publié d'après le manuscrit des archives du Vatican avec les notes et dissertations du P. Garnier et le commentaire inédit de Baluze. In-8 , ccxxxii-437 p.
Page 53 - Il dit en même temps au roi: Marchez de cette manière, que l'on vous voie ! — Le roi, avec la marche majestueuse de la perdrix, alla jusqu'au milieu de la salle, après, quoi il revint. — Marchez avec plus de vitesse, ajouta ensuite le gouverneur, pour faire voir votre légèreté à courir.

Bibliographic information