Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, Volume 33

Front Cover
Z. Mortreuil, 1903 - Saintonge (France)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Popular passages

Page clxxxix - Maison-Dieu, qui était l'accessoire obligé de la demeure épiscopale; la seconde pour la subsistance des clercs ; la troisième pour les pauvres ; la quatrième pour l'entretien de l'Église et du culte.
Page cciii - L'immunité est accordée en bloc, pourquoi l'accorde-t-on encore en détail à deux rues? La réponse est simple. Il y a ici deux espèces d'immunités; l'immunité personnelle qui s'applique aux diverses classes de personnes énumérées par la charte et qui garantit à leur regard la justice personnelle de l'abbaye; — l'immunité territoriale qui s'applique à deux des rues du bourg et sert de fondement à la justice territoriale2. 1 Giry, «p.
Page i - ... en lumière les faits relatifs à la vie intérieure de la maison, à ses droits de justice ou autres, à ses privilèges, à ses possessions, à ses revenus, ainsi que les textes qui ont trait aux causes et aux formes des contrats et des donations.
Page lxxiii - ... D'autres eslisoient, par pitié, quelque pauvre hère de moyne, qui en cachette les desroboit et faisoit bource à part, et mourir de faim ses religieux ; dont s'en ensuivoient de grandes plaintes, et autant d'appauvrissement de l'abbeye : ainsy que j'ay ouy raconter d'un abbé de Sainct-Jehan d'Angely de ces temps, qui le fut. après la mort de celuy qui empoisonna M. de Guyenne', qui, faisant mourir ses moynes de faim la pluspart du temps, espargna et s'enrichist si bien qu'il en fit ses nepveuz...
Page lxxiii - Mai non son satulli. fut après la mort de celuy < qui empoisonna M. de Guyenne, qui, faisant mourir ses moynes de faim la pluspart du temps, espargna et s'enrichist si bien , qu'il en fist ses nepveux tous riches, et fit leur maison de Ferrieres en Perrigort si oppulante de dix mille livres de rente, qu'elle est aujourd'huy resputée pour telle.
Page cxviii - ... des mémoires sur les progrès de la Collection des chartes. Il faut convenir, y observe-t-on, que leur zèle (il s'agit des Mauristes) tend un peu à se rendre indépendans de leurs Supérieurs et se sent un peu de l'ardeur et des inquiétudes qui agitent aujourd'hui la Congrégation. On cherchera à profiter de leurs travaux en les ramenant tout doucement à la règle » (Notes du 14 mai au 26 nov. 1766). Voir aussi, Ibid., p. 147, 27 août 1774. figurée reproduisant la « forme phisique de...
Page 169 - Decernimus ergo ut nulli omnino hominum liceat idem Cœnobium temeré perturbare, aut ejus possessiones auferre, vel ablatas retiñere, minuere, vel temerariis vexationibus fatigare, sed omnia integra conserventur eorum pro quorum sustentatione et gubernatione concessa sunt, usibus omnimodis profutura, salva Lingonensis Episcopi canónica retinentia.
Page cxviii - ... publique a publié en 1886, dans la collection des Documents inédits sur l'histoire de France, trois volumes in-4°, Comité des travaux historiques et scientifiques (histoire et documents), avec une importante préface et des notes de M. Xavier Charmes. On lit, au bas de...
Page lxxxiii - Jehan de Marans, Thibaut Métayer et Christophe Vigier, qui retenus prisonniers dans le cloître, attendaient avec anxiété le dénouement de ces scènes. Arnaud Rolland vint trouver ces religieux : « Or sus, mes pères, leur dit-il, voilà la compagnie qui se fâche : donnez ordre de trouver les chiefs et autres reliques que avez entre les mains, autrement on mettra le feu à l'abbaye, et ne serez assurés de vos personnes. » Les moines s'excusèrent,
Page cliv - JésusChrist, notre rédempteur et notre sauveur, de saint Jean-Baptiste, de saint Savinien, très glorieux martyr, et de monseigneur Révérend, confesseur du Christ. » Puis, après avoir rappelé les devoirs des chrétiens, il ajoute: « Je reconnais être un grand pécheur, ainsi que tous ceux de ma parenté, et, afin d'éviter la prison de la mort éternelle, j'ai donné à Dieu, aux saints...

Bibliographic information