Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Volume 5

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 753 - Dans l'acte ci-dessus, l'abbé du Mont-Saint-Michel s'était réservé la faculté de faire desservir la chapelle de Saint-Benoît soit par un chapelain, c'est-à-dire par un prêtre séculier, soit par un moine, à son choix. Mais la discipline, qui tendait de plus en plus à exclure absolument les moines du ministère pastoral, força l'abbé de confier ce soin à un prêtre séculier. Car — bien que ce mot ne soit point écrit dans l'acte — c'est bien une vraie paroisse qui fut établie à...
Page 43 - Lorsque le christianisme s'établit dans nos pays au vi* siècle, on résolut d'utiliser cet édifice en en faisant une chapelle : pour cela, on réunit par des murailles l'abside et le rectangle se correspondant, on y ouvrit une porte et des fenêtres, et la voûte reçut une décoration appropriée à la destination nouvelle de l'abside. Puis, par un compromis dont on a d'autres exemples, le culte de saint Vénier parut propre à faire oublier Vénus, dont la représentation demeurait dans le souvenir...
Page 43 - Le rectangle n'offre de remarquable que sa construction en petit appareil romain, dont les assises sont séparées, à intervalles irréguliers, par des cordons de briques au nombre de cinq. Mais l'absidiole, profonde de 2 mètres, construite dans le même appareil et décorée des mêmes rangs de briques, présente sur sa voûte intérieure une très-curieuse fresque figurant Vénus sortant des eaux, accompagnée de l'Amour monté sur un dauphin, et environnée de poissons de toutes sortes. C'est...
Page 91 - SÉANCE DU 12 JUILLET M. Ulysse Robert lit une note sur une commande de vitraux pour l'église de Loheac, en Bretagne, faite en 1494, par Thomas de Riou, argentier d'Anne de Bretagne, à un peintre verrier de Paris, nommé Ame Pierre. Ces vitraux, au nombre de treize, à deux meneaux, devaient représenter « 78 histoires de la généalogie de Madame Saincte Anne » ; le prix convenu, pour l'exécution et la pose, était de 300 livres tournois.
Page 785 - Le chapitre en prétendail lu jouissance directe, et réclamait de plus une somme de 30 livres pour l'indemniser des torts que lui avait causés le sire du Guesclin. Celui-ci résista, s'entêta, se fit excommunier, et, une fois excommunié, renonça à son prétendu droit de ferme. Le chapitre, bon prince, se désista de son côté de sa demande d'indemnité, et donna même au seigneur une rente annuelle d'une mine de froment à lui due par certains paroissiens de Saint-Coulomb appelés Lcroi 2.
Page 44 - Venier parut propre à faire oublier Vénus, dont la représentation demeurait dans le souvenir des habitants de Langon; aussi, en 838, cette chapelle s'appelait ecclesia sancti Veneris (D. Morice p. I 272); au XVI« siècle, elle portrait encore cette dénomination, et non loin d'elle se trouvait la fontaine de saint Venier.
Page 125 - S'il faut en croire la tradition, un seigneur du pays, nommé Alix, qui aimait passionnément la chasse, aurait eu un jour, dans une de ses parties, le malheur de tuer un de ses amis. Dans son désespoir, il se serait adressé à un saint ermite qui habitait la forêt de Fougères, et qui lui aurait donné le conseil de se retirer du monde et de passer le reste de ses jours dans la retraite. D'après ce conseil, Alix aurait fait construire le petit oratoire dont nous parlons au pied du dernier chêne...
Page 43 - Enfin, les dimensions de l'enclos funèbre « area, promarium » nous sont données par celles du cimetière même de Langon, dans l'enceinte duquel subsistait naguère l'édifice. « Cette destination sépulcrale, conclut M. Ramé, n'a pas seulement l'avantage d'expliquer le plan du monument, qui ne peut convenir à un temple, elle explique encore sa conservation ; car au vie siècle (époque où vivait saint...
Page 582 - M. portant règlement au sujet de l'établissement dans le diocèse de l'archiconfrérie du très saint et immaculé cœur de Marie, pour la conversion des pécheurs.
Page 590 - MAUIK, refuge des pécheurs, ou l'association du très-saint et immaculé Cœur de Marie, pour la conversion des pécheurs. Par M. Jurct, curé du diocèse de Besançon; 3* édition, revue avec soin, et augmentée de l'0flice d« ('Immaculée-Conception, el d'un court Exercice pour le mois de Marie ; Paris, Jncqurs Lecoflre, i vol.

Bibliographic information