La vie arabe

Front Cover
Michel Lévy., 1856 - Algeria - 319 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 217 - L'homme, trouvant mauvais que l'on l'eût convaincu, Voulut à toute force avoir cause gagnée. « Je suis bien bon, dit-il, d'écouter ces gens-là ! » Du sac et du serpent aussitôt il donna Contre les murs, tant qu'il tua la bête. On en use ainsi chez les grands : La raison les offense, ils se mettent en tête Que tout est né pour eux, quadrupèdes et gens, Et serpents.
Page 216 - L'ombrage n'était pas le seul bien q'u'il sût faire : II courbait sous les fruits. Cependant, pour salaire, Un rustre l'abattait, c'était là son loyer, Quoique, pendant tout l'an, libéral...
Page 216 - II courbait sous les fruits. Cependant pour salaire Un rustre l'abattait : c'était là son loyer; Quoique, pendant tout l'an, libéral il nous donne Ou des fleurs au printemps, ou du fruit en automne; L'ombre, l'été ; l'hiver, les plaisirs du foyer. Que ne l'émondait-on, sans prendre la cognée? De son tempérament, il eût encor vécu.
Page 218 - Du sac et du serpent aussitôt il donna Contre les murs, tant qu'il tua la bête. On en use ainsi chez les grands : La raison les offense, ils se mettent en tête Que tout est né pour eux, quadrupèdes et gens, Et serpents. Si quelqu'un desserre les dents, C'est un sot. J'en conviens : mais que faut-il donc faire? Parler de loin, ou bien se taire.
Page 283 - ... d'infidèles? — Eh! que voulais-tu donc que je fisse? dit enfin l'agha avec effort. Je me suis rué sur les chrétiens, et ils sont restés immobiles. Par Allah! il faut, comme on le dit...
Page 94 - ... le khrebir a pour se diriger mille points de repère : la nuit, si pas une étoile ne luit au ciel, à la simple inspection d'une poignée d'herbe ou de terre qu'il étudie des doigts, qu'il flaire et qu'il goûte, il devine où l'on est, sans jamais s'égarer.
Page 216 - L'Arbre étant pris pour juge, Ce fut bien pis encore : il servait de refuge Contre le chaud, la pluie et la fureur des vents ; Pour nous seuls il ornait les jardins et les champs. L'ombrage n'était pas le seul bien q'u'il sût faire : II courbait sous les fruits.
Page 282 - S'ils débarquent, ils périront tous. » Ce farouche exterminateur venait aujourd'hui, le front bas et la rougeur sur le visage, rendre compte de sa défaite. Il aborda le dey avec la contenance troublée et inquiète d'un criminel qui apparaît devant son juge. L'accueil de celui-ci fut terrible. — Eh bien!
Page 2 - Vous parlez en homme pénétré de l'une et de l'autre situation, et cela est dans l'ordre ; mais votre comparaison, bien qu'ingénieuse, n'est pas tout à fait juste. Les récits sont plus exacts à peindre le bien et le mal, que ne le sont les relations de voyages. MM. les voyageurs rarement quittent le ton emphatique en décrivant ce qu'ils ont vu, quand même les choses seraient médiocres ; je crois qu'ils pensent qu'il n'est pas de la bienséance pour eux d'avoir vu autre chose que du beau.
Page 297 - C'est ordinairement après qu'il a reçu une dizaine de balles sans bouger, sans se plaindre, que le lion lève majestueusement sa belle tête pour jeter un regard de mépris sur les Arabes qui lui ont envoyé leurs dernières balles, et qu'il se couche pour mourir. Longtemps après et lorsqu'on est bien sûr que l'animal est mort, quelques hommes descendent dans la fosse au moyen de cordes, et l'entourent. d'un filet assez solide pour supporter le poids du lion, qui, lorsqu'il est mâle et adulte,...

Bibliographic information