Camp Boiro: parler ou périr

Front Cover
Harmattan, 2007 - Guinea - 268 pages
0 Reviews
Du fond de sa cellule du Camp Boiro, en novembre 1971, René Gomez avait promis : un jour je témoignerai si Dieu me sort de cette prison. Ce livre nous raconte comment l'auteur et ses compagnons se sont battus, et comment plusieurs d'entre eux ont été froidement et atrocement éliminés. Après la libération, en rendant visite aux veuves et orphelins de ses compagnons disparus, plus que la compassion, il éprouvait comme de la gêne de faire partie des rares survivants. C'est ainsi que tout au long du récit, il s'oublie de temps en temps pour parler des autres, comme s'il voyait l'enfer de l'extérieur : sans haine, se laissant aller vers un destin qu'il regarde avec sérénité. Se souvenir étant une exigence de vérité, l'auteur a décidé d'ouvrir une fenêtre du passé pour l'avenir car il est convaincu que l'on ne peut parler de l'avenir des Guinéens et de la Guinée en passant sous silence une page si importante de l'histoire du pays. A la veille du cinquantenaire de l'indépendance du pays, ce témoignage rappelle à tous les Guinéens que si ces complots imaginaires, ces répressions cruelles et ces emprisonnements arbitraires ont bien eu lieu en Guinée, cette évocation qui refuse toute idée de vengeance n'est faite que pour éveiller les consciences afin que tous ensemble nous disions : PLUS JAMAIS ÇA !

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Bibliographic information