Le deuil d'un pays imaginé: rêves, luttes et déroute du Canada français : les rapports entre le Québec et la francophonie canadienne, 1867-1975

Front Cover
University of Ottawa Press, Jan 1, 1997 - Canadians, French-speaking History - 203 pages
0 Reviews
Depuis 1960, les relations entre le Québec et la francophonie canadienne n’ont pas cessé de s’effriter. En fait, la Révolution tranquille a apporté dans son sillage le renouvellement du discours identitaire au Canada français. Marcel Martel nous livre ici une fascinante étude historique et politique des rapports entre ces communautés de 1867 à 1975, année précédent l’élection du Parti Québécois. Faisant l’étude de quelques-uns des principaux catalyseurs tels l’Ordre de Jacques-Cartier, le Conseil de la vie française en Amérique, l’Association canadienne-française d’éducation de l’Ontario, le Deuxième Congrès de la langue française et le États généraux du Canada français, il démontre comment le projet de nation canadienne-française s’est transformé au fil des ans. Il identifie aussi les causes qui ont amené les communautés francophones minoritaires à se méfier de l’intervention de l’État québécois.
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 155 - s'appuient sur l'autorité politique, l'influence économique et le rayonnement culturel du Québec, ET NOTÉ - que la Charte des Nations-Unies exige «le respect du principe de l'égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes
Page 155 - QUE : 1 - Les Canadiens français constituent une nation. 2 - Le Québec constitue le territoire national et le milieu politique fondamental de cette nation. 3 - La nation canadienne-française a le droit de disposer d'elle-même et de choisir librement le régime politique sous lequel elle entend vivre.
Page 149 - des travaux de la Commission royale d'enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme et
Page 31 - En tuant Riel, sir John n'a pas seulement frappé notre race au cœur mais il a surtout frappé la cause de la justice et de l'humanité
Page 25 - la seconde moitié du XIX e siècle et les premières décennies du XX e siècle.
Page 155 - Les États généraux du Canada français, réunis en Assemblée, AYANT CONVENU - que les Canadiens français constituent un peuple de près de six millions d'âmes, possédant en propre une langue, une culture, des institutions, une histoire et un vouloir-vivre collectif, - que ce peuple dispose dans le Québec d'un territoire et d'un
Page 37 - J'ai souvent répété que la France serait sauvée par ses colonies, restées plus saines, plus énergiques que la métropole. Et j'entends ce salut dans tous ses sens, — salut matériel, salut moral. Puisse votre exemple nous être salutaire!
Page 147 - nécessité souveraine : pour le Québec, État national de la communauté franco-canadienne, de disposer de la pleine autonomie interne, dans le cadre d'une véritable Confédération canadienne conçue comme la libre association de deux nations égales
Page 42 - un Québec aussi souverain que possible, dans la ligne de ses institutions constitutionnelles, et gouverné pour les fins qu'il avait revendiquées en 1867
Page 141 - le concours des législatures d'au moins les deux tiers des provinces représentant au moins cinquante pour cent de la population».

References to this book

All Book Search results »

About the author (1997)

Marcel Martel is an associate professor in the Department of History and holder of the Avie Bennett Historica Chair in Canadian History at York University.

Bibliographic information